FCN : Kita et les fans, la guerre déclarée en un temps record

FCN : Kita et les fans, la guerre déclarée en un temps record

En conflit avec les supporters du FC Nantes, le président Waldemar Kita n’a jamais bénéficié du soutien du public. Il faut dire que le patron des Canaris s’était rapidement mis les fans à dos après son arrivée.

Alors que beaucoup regrettent le huis clos imposé pour des raisons sanitaires, Waldemar Kita, lui, doit y voir un bon côté. L’absence de public lui permet au moins d’assister aux matchs du FC Nantes sans avoir à subir les critiques et insultes des spectateurs qui réclament son départ depuis des années. Voilà déjà plus de 13 ans que le dirigeant s’est offert le club nantais, et qu’il compose avec l’hostilité des supporters également remontés contre son fils Franck, directeur général du FCN. Mais d’où viennent ces tensions ? Interrogé par La Maison Jaune, Nicolas, membre de la Brigade Loire, s’est expliqué.

« Nos relations avec la direction ? Inexistantes. Il n’y a pas d’autre mot. (Silence…). Des rares rencontres qu’il y a pu y avoir, il se dégage du mépris, a raconté le supporter. Avec Waldemar Kita, au départ il y a le côté séduction, qui est très rapidement remplacé par le mépris. Et Franck c’est le mépris absolu. Donc effectivement, comme on a analysé la situation dès le début, on s’est très vite rendu compte que l’on avait affaire à quelqu’un qui allait faire les mêmes choses qu’à Lausanne. On s’y est donc opposé très rapidement. Et à partir de là, les relations étaient inexistantes, téléguidées par des bras droits à la limite de la légalité. »

Les Kita poussés vers la sortie

Du coup, Nicolas n’hésite pas une seule seconde lorsqu’il est interrogé sur les revendications de son groupe de supporters. « Le départ de la famille Kita. Et la vente du club à des repreneurs vertueux, et respectueux des valeurs du FC Nantes, a-t-il répondu. Qu’ils puissent acheter le club au bon prix, pas à un prix délirant. Et qu’ils soient en capacité de recréer ce qu’est le FC Nantes, c’est-à-dire remettre en place ses valeurs au sein du club, à tous les niveaux. Un vrai partage, une vraie gestion du collectif, sur l’ensemble du club et de son environnement. Il faut reprendre tout depuis la base. » Si Waldemar Kita ne ferme pas la porte, une vente ne semble pas encore d’actualité.