FCN : « Dégoûté » par Kita, Veretout fait une croix sur Nantes

FCN : « Dégoûté » par Kita, Veretout fait une croix sur Nantes

Photo Icon Sport

A la recherche d’une recrue dans l’entrejeu, le président du FC Nantes Waldemar Kita a contacté son ancien joueur Jordan Veretout à deux reprises, dont la dernière fois ce lundi.

Verdict, le milieu d’Aston Villa, très sollicité, n’avait pas encore pris sa décision. De quoi provoquer l’impatience du dirigeant qui s’est lâché quelques heures plus tard face aux médias. « S’il a l’intention de repartir faire la préparation avec Aston Villa, son club de deuxième division… Si c’est ça son ambition personnelle… Quand on gagne beaucoup d’argent, on n’a pas faim », a taillé Kita. Des propos forcément blessants pour Veretout, formé chez les Canaris.

« Je n’ai pas trouvé ses déclarations super classes. Moi, le FC Nantes, c’est toute mon enfance. J’ai vécu douze ans là-bas. Je n’ai jamais causé de problèmes au club. J’ai fait des interviews dans lesquelles j’ai toujours encensé les Kita. J’ai toujours dit du bien d’eux, s’est défendu l’ancien Stéphanois contacté par 20 Minutes. (...) Moi, l’argent n’est pas mon objectif. C’est important, oui, mais c’est le projet sportif qui m’importe le plus. Je n’irai jamais dans un club que pour l’argent. »

Veretout ne reviendra pas

« Je suis vraiment dégoûté de ses phrases, a-t-il insisté. Après tout ce que j’ai fait et le respect que j’ai pour eux, je trouve ça un peu fort et dégueulasse. Le FCN avait touché une belle somme de transfert quand je suis parti à Aston Villa… Je pense que quand je suis parti, tout le monde y a trouvé son compte à l’époque. » Autant dire qu’un retour de Veretout à Nantes semble désormais improbable.

« Après, avec ses déclarations, c’est sûr que ça sera difficile que je revienne, même si ce club est tout pour moi, même si j’y ai toute ma famille, même s’il y a des supporters passionnés… C’était un tout qui faisait que j’aurais pu signer ici », a expliqué le milieu de 24 ans, qui peut donc rayer le nom d’un de ses nombreux prétendants.