OM : Tudor va se planter, il le savait

OM : Tudor va se planter, il le savait

Icon Sport

L'OM traverse déjà une période de troubles alors que la Ligue 1 n'a pas encore commencé. Igor Tudor est loin de faire l'unanimité auprès des joueurs phocéens. 

A Marseille, l'heure est aux règlements de compte. La récente arrivée d'Igor Tudor à la place de Jorge Sampaoli n'a pas l'effet escompté. Pire, le Croate s'est déjà mis du monde à dos. Pour ne rien arranger, les matchs de préparation de l'OM ont été totalement ratés. Une réunion de crise entre Tudor, Pablo Longoria et les joueurs a eu lieu ces dernières heures pour repartir du bon pied. Ce qui est notamment reproché à l'ancien coach de l'Hellas Vérone, c'est sa manière de fonctionner, lui qui est accusé de parler sur un ton trop véhément à ses troupes. Ancien joueur de Tudor à Galatasaray, Aurélien Chedjou a d'ailleurs fait une sortie remarquée ces dernières heures. 

Tudor et l'OM, un avenir déjà scellé ? 

Sur le plateau de La Chaine L'équipe, le Camerounais a en effet déclaré ne pas être étonné des problèmes avec Tudor à l'OM. « Dès son premier discours, on a tout de suite su qu’on allait souffrir. On n’aime pas courir sans ballon en tant que joueur et il nous a tout de suite fait comprendre qu’il aimait Guardiola mais qu’il préférait Simeone parce que ses équipes couraient et cravachaient. Il avait constaté dans certains de nos matchs qu’on ne courait pas assez et qu’il fallait qu’on commence à la faire et que celui qui n’était pas prêt allait sortir de son groupe, ça avait tout de suite donne le ton », a d'abord indiqué Chedjou, rajoutant par la suite que ses coéquipiers avaient dû aller se plaindre à leur président : « C’est le genre de coach - quand il a des joueurs qui ont du caractère -, ça ne passe pas trop. En Turquie, il venait d’un petit club (Karabükspor) et arrivait Galatasaray où il y avait beaucoup de joueurs connus, comme Wesley (Sneijder), mais ça ne passait pas parce que les mecs ne voulaient pas courir sans ballon mais c’était la culture italienne, il fallait courir. A tous les entraînements, même la veille des matchs, on courait. On était cramé en match. Il insistait sur le 3-5-2 qu’on ne maitrisait pas pendant la semaine, c’était pire encore pendant les matchs. Il ne voulait rien savoir. Ça a clashé et certains joueurs étaient à aller voir le président. Je ne suis pas étonné de ce qu’il se passe aujourd’hui à Marseille. Je pensais qu’il lèverait un peu le pied après son expérience à Galatasaray mais je constate que non, c’est toujours le cas »Pas forcément de quoi prévoir du bon entre Tudor, l'OM et les joueurs. A moins d'un changement radical de méthode.