OM : Sampaoli veut faire pleurer son fan numéro 1

OM : Sampaoli veut faire pleurer son fan numéro 1

L'Olympique de Marseille souhaite profiter de son déplacement dimanche soir à Clermont pour renouer avec la victoire. Sampaoli contre Gastien, le duel est prometteur. 

Entre une équipe de l’Olympique de Marseille, qui enchaîne les matchs nuls actuellement, et Clermont, qui pratique un football chatoyant mais qui commence à plonger au classement après des débuts réussis en Ligue 1, le dernier match de cette 12e journée de Ligue 1 pourrait donner lieu à un beau spectacle dimanche soir. Pour sa première saison dans l’élite, Pascal Gastien ne masque pas son bonheur de pouvoir ainsi défier les grosses cylindrées en s’appuyant sur son style résolument offensif, même s’il sait que l’absence son fils, Johan Gastien, expulsé samedi dernier à Nantes, sera un point négatif contre l’OM. De même le technicien clermontois n’a pas encore décidé ce qu’il fera de Mohamed Bayo, qui a vécu une sale semaine suite à un délit routier, lequel pourrait être sanctionné sportivement.

Gastien vs Sampaoli, du respect mais de la rivalité quand même

Quoi qu’il en soit, l’entraîneur de Clermont se régale d’avance de pouvoir croiser la route de Jorge Sampaoli, un coach qu’il apprécié énormément. « J’ai toujours défendu les entraîneurs français, mais c’est génial de voir un tel monument dans notre championnat, c’est un passionné. Il n’est pas agressif, il est passionné par le jeu, par son équipe. On ne peut pas avoir du foot plat, sans émotion. C’est ce qui s’est produit avec Antoine Kombouaré, quand c’est fini, c’est fini. Sampaoli, il est génial. Dans ses équipes, il y a beaucoup d’allant, d’enthousiasme », confie, dans La Provence, Pascal Gastien, qui va devoir gérer un peu ses émotions face à l'explosif entraîneur de l'Olympique de Marseille. Car on l'a vu la semaine passée, lorsqu'il s'était chauffé brutalement avec le coach de Nantes, Gastien est lui aussi capable d'être volcanique, même si ensuite il était venu s'excuser auprès de Kombouaré.