OM : Sampaoli répond aux accusations

OM : Sampaoli répond aux accusations

Icon Sport

Dimanche soir, l’OM a affiché un visage extrêmement (trop ?) prudent contre le PSG lors du Classique au Parc des Princes (2-1).

Comme lors du match aller au Vélodrome, l’Olympique de Marseille n’a pas véritablement joué son jeu à 100 % contre le PSG. En effet, l’équipe de Jorge Sampaoli s’est montrée extrêmement prudente en ne se projetant pas trop brutalement vers l’avant et en gardant systématiquement un équilibre défensif. De plus, l’entraîneur argentin de l’OM a tardé avant de lancer Bamba Dieng ou encore Cédric Bakambu dans la partie, deux attaquants de profondeurs que les supporters auraient aimé voir plus tôt afin de déstabiliser la défense du Paris Saint-Germain. Mais après la courte défaite de l’OM au Parc des Princes, Jorge Sampaoli a assumé sa tactique en estimant que « jouer autrement » aurait été un « suicide » pour l’Olympique de Marseille face à Neymar, Lionel Messi et surtout Kylian Mbappé.

Sampaoli assume sa tactique défensive contre le PSG

« Sur ce type de match, je pense qu'on a misé sur la possession. À partir de ça, tu peux créer des occasions, l'adversaire n'a pas eu d'occasions. Tactiquement, on l'avait appréhendé de cette façon-là. En isolant les trois joueurs devant. Jouer autrement aurait été suicidaire. On aurait pu égaliser en deuxième mi-temps. Les joueurs ont fait un match intelligent face à cette adversaire. À partir du but du PSG. On a vu une supériorité numérique au milieu, on a essayé de les prendre en renversant le jeu. On a réussi à les déstabiliser au milieu. Jusqu'à 1-1, c'est notre meilleur moment, on a été plus incisifs, plus volontaires. Les dix premières minutes de la première mi-temps ont été les moins bonnes. En deuxième mi-temps, ç'a été une bataille, on n'a pas eu des sorties de balles que l'on voulait. Notre plan de jeu, c'était de contrôler. Avec des attaquants de profondeur, on aurait été plus en difficulté » a analysé Jorge Sampaoli, qui ne regrette donc pas son choix d’avoir commencé le match avec seulement deux joueurs offensifs : Dimitri Payet et Cengiz Ünder. Car pour lui, aligner plus d’attaquants aurait surtout déséquilibré l’OM face à un adversaire aussi redoutable que le Paris SG.