OM : Sampaoli, c'est rendez-vous à l'entrainement à 06h00 du matin

OM : Sampaoli, c'est rendez-vous à l'entrainement à 06h00 du matin

Icon Sport

Un mois après la mise à pied d’André Villas-Boas, l’Olympique de Marseille a accueilli ce mardi son nouvel entraîneur en la personne de Jorge Sampaoli.

Officiellement nommé par Frank McCourt vendredi soir, l’ancien entraîneur de l’Atlético Mineiro a atterri ce mardi en France. Nasser Larguet va encore assurer l’intérim durant la période d’isolement de sept jours de Jorge Sampaoli mais ensuite, les joueurs de l’OM vont découvrir leur nouveau coach. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Dimitri Payet, Florian Thauvin et consort risquent d’être chamboulés dans leurs habitudes par un coach aux exigences énormes. Dans une interview accordée à L’Equipe, l’ancien Bordelais Mariano a décrit Jorge Sampaoli, son coach jusqu’à la semaine dernière à Mineiro. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le portrait-robot de l’Argentin ressemble comme deux gouttes d’eau à celui de Marcelo Bielsa…

« Son idée, c'est de presser constamment l'adversaire, donc si tu es en retard, tu déséquilibres tout l'édifice. Il veut aussi des entraînements très intenses, et que ses joueurs soient toujours à 100 %. Avec lui, si tu te donnes à fond à l'entraînement, tu as une chance de jouer, sinon, c'est mort ! Il vit pour le foot. Il arrive à 6 heures du matin au centre d'entraînement et y passe parfois la nuit. Quand nous, on débarquait à 10 heures, il était déjà là depuis des heures à analyser des vidéos des adversaires, à préparer ses séances. Il vit le foot vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Les joueurs et les supporters de Marseille peuvent être tranquilles : ils vont avoir un coach qui bosse, qui déteste la défaite. Il est même furieux quand il ne gagne pas. Je n'ai jamais vu ça chez d'autres coaches » a lâché Mariano, lequel a par ailleurs indiqué que Jorge Sampaoli était imprévisible et pouvait changer de système tactique plusieurs fois au cours d’un même match. Les joueurs de l’OM sont prévenus, exigence et adaptation seront les deux maîtres mots dans les semaines à venir.