OM : Payet épargné, Vincent Duluc le provoque

OM : Payet épargné, Vincent Duluc le provoque

Icon Sport

Mercredi soir, la commission de discipline de la LFP a condamné Dimitri Payet à un match de suspension avec sursis.

Le meneur de jeu de l’Olympique de Marseille sera donc à la disposition de Jorge Sampaoli pour les prochains matchs, en dépit de son geste d’humeur en marge des incidents à l’Allianz Riviera lors du match entre l’OM et Nice. Pour rappel, excédé par les jets de projectiles dont il a été victime toute la soirée, Dimitri Payet avait craqué en relançant les bouteilles dans les tribunes avec force. La commission de discipline de la LFP, consciente que Payet est victime avant d’être coupable dans cette affaire, a ainsi sanctionné le Réunionnais avec modération en ne lui infligeant que du sursis. Et cette sanction XXS est presque scandaleuse selon Vincent Duluc, qui aurait frappé plus fort sur l’ancien attaquant de l’Equipe de France.

« Payet quasi blanchi pour son double jet de projectile dans le public, au prétexte que sa réaction serait compréhensible face à la douleur : c'est autorisé si l'objet initialement reçu fait très mal, mais s'il fait un peu mal seulement, le joueur sera puni pour le même geste ? Même chose pour le refus de reprendre le match quand on est mené au score : où placer le curseur face au sentiment d'insécurité, et comment gérer ce précédent quand des supporters visiteurs menés au score chercheront le chaos ? » s’est interrogé l’éditorialiste du journal L’Equipe, dont les propos ne manqueront pas de faire réagir à Marseille, où les supporters sont au contraire scandalisés de voir que Dimitri Payet a été condamné à un match de suspension avec sursis.

Sur l’antenne de RMC, Nicolas Anelka a en revanche défendu Dimitri Payet comme il se doit. Dans l’émission « Rothen s’enflamme », l’ancien buteur du PSG et de Chelsea a plaidé pour la cause du Réunionnais, affirmant qu’il était impossible de garder son calme dans pareille situation. « Pour moi, c'est une réaction normale. T'es joueur de foot, tu reçois une bouteille dans le dos... Moi, je suis accord avec Payet à ce moment-là. À sa place, je jette deux bouteilles plus mes chaussures ! Je veux bien qu'on soit exemplaire, mais il ne faut pas abuser non plus… Déjà, quand Nice a marqué, il y avait du monde sur le terrain. Donc c'est une faute. Je n'arrive même pas à comprendre qu'on puisse se poser la question pour savoir qui a perdu le match. Pour moi, c'est clair que c'est Nice. Les fautifs sont les Niçois » a lancé Nicolas Anelka, qui ne valide donc pas la décision de la commission de discipline de la LFP et qui aurait lui donné le match gagné sur tapis vert à l’OM.