OM : « Malades, fous »... Daniel Riolo s'en prend à deux Marseillais

OM : « Malades, fous »... Daniel Riolo s'en prend à deux Marseillais

Photo Icon Sport

Suite à la cuisante défaite de l'Olympique de Marseille contre l'Olympique Lyonnais dimanche (2-3), Daniel Riolo a pointé du doigt les deux principaux fautifs.

« On a envie de gagner contre l'OL. Pardonnez-moi d’être vulgaire, mais on veut les exploser, leur montrer qu’on est chez nous et qu’on y fait la loi ». Samedi dans les colonnes de La Provence, Franck Zambo Anguissa déclarait plus ou moins la guerre à Lyon avant l'Olympico. Sauf qu'au final, cette violente sortie médiatique s'est retournée contre lui. Resté sur le banc des remplaçants tout au long de la rencontre, le milieu camerounais a finalement assisté à la déroute de son équipe contre l'OL en fin de partie (2-3). Une défaite relançant le rival lyonnais dans la course au podium que Daniel Riolo met clairement sur le compte de Zambo Anguissa, mais pas que...

« L'OM a fait une très mauvaise gestion de l'avant-match et de l'après-match. L'avant-match car, une nouvelle fois, ils ont trop parlé. Ils avaient beaucoup parlé avant le PSG, je trouvais ça dingue ! Mais ils sont malades ou quoi ? Ils sont fous ? Et là ils refont la même ! Même si Lyon a la tête dans le sceau, mais le fait pas contre Lyon ! Ce n'est pas comme si tu le faisais quand tu es sûr de gagner. Ils ont beaucoup parlé. Ça a excité Aulas, ça a dû exciter les joueurs... Genesio n'avait même pas besoin de préparer l'équipe. Mais c'était du pain béni pour les Lyonnais pour les remotiver pour ce match-là. C'est l'OM qui a complètement merdé son match. Je ne parle même pas de la compo de Garcia. Aligner dans un match pareil Maxime Lopez... Excusez-moi, je tombe par terre ! Je ne comprends pas... », a lâché, sur RMC, le journaliste, qui pense donc que l'OM a perdu par sa faute face à l'OL à cause d'erreurs de communication, puisque les actes doivent être sur le terrain, et non pas dans les médias. Mandanda et Luiz Gustavo ne diront pas le contraire, eux qui estiment que les Marseillais ont « trop parlé » avant ce revers...