OM : Longoria prend son temps avant de virer Tudor

OM : Longoria prend son temps avant de virer Tudor

Battu par Tottenham (1-2) mardi, et éliminé de toutes compétitions européennes, l’Olympique de Marseille traverse une période compliquée. L’entraîneur Igor Tudor est forcément pointé du doigt. Mais le technicien croate n’est pas encore menacé.

« Celui-là, il va piquer ». Après le coup de sifflet final mardi, les mots de Jonathan Clauss annonçaient la couleur. La défaite contre Tottenham en Ligue des Champions, outre l’élimination de toutes compétitions européennes, aura sûrement d’autres conséquences sur la suite de la saison. On pense notamment au mercato hivernal puisque l’Olympique de Marseille possède un effectif trop fourni pour une équipe amenée à jouer une fois par semaine. Viennent aussi les interrogations concernant l’avenir d’Igor Tudor.

Après un tel fiasco, ainsi qu’une série de cinq matchs sans victoire toutes compétitions confondues, l’entraîneur marseillais se retrouve forcément en difficulté. Lui que l’on accuse de ne pas avoir informé ses joueurs de la situation mardi soir. Mais selon les informations de Foot Mercato, le Croate n’est pas encore menacé, le président Pablo Longoria préférant prendre le temps de la réflexion. « C'est le temps des analyses, pas des prises de décisions hâtives », a calmé un membre du club phocéen.

Longoria n'agira pas dans la précipitation

« Ce qu'on voit pour l'instant, c'est que l'OM joue bien. Bien mieux qu'en début de saison, a-t-il ajouté. Est-ce qu'il y a des décisions défavorables ? Oui, parfois. Est-ce qu'on peut mieux faire ? Oui. Est-ce que les résultats ne sont pas bons ? Oui. Mais il ne faut pas aller trop vite. » Reste à savoir si le technicien gardera la confiance de son vestiaire. « Le président a été clair : ceux qui ne veulent pas jouer comme cela, ou pour le coach, ce seront les joueurs qu'il faudra sortir au mercato, que ce soit en hiver ou en été », a rappelé un ancien collaborateur du club avant les chocs face à l'Olympique Lyonnais et l'AS Monaco.