OM : Longoria l’attendait, Gameiro est passé au plan B

OM : Longoria l’attendait, Gameiro est passé au plan B

De retour à Strasbourg depuis cet été, Kevin Gameiro n’avait pas prévu de retrouver son club formateur. L’attaquant parti du FC Valence s’apprêtait à rejoindre l’Olympique de Marseille. Mais son passé chez le rival parisien a fini par le rattraper.

Après neuf journées de Ligue 1, Kevin Gameiro peut être satisfait de ses nouveaux débuts à Strasbourg. Au-delà de ses deux buts inscrits, l’attaquant formé au Racing compose un duo intéressant et complémentaire avec Ludovic Ajorque, qu’il espère aider à intégrer l’équipe de France. Le renfort arrivé en provenance du FC Valence n’a donc pas à regretter sa décision au mercato. Et ce même si le club alsacien n’était pas son premier choix.

« Je ne vais pas mentir : ce n’était pas l’objectif numéro 1, a reconnu Kevin Gameiro dans un entretien accordé à 20 Minutes. Mais ça a toujours été un souhait de pouvoir rejouer ici. Ça s’est fait parce qu’il y avait un projet, des gens qui ont montré leur intérêt. C’est toujours mieux de se sentir désiré. J’ai eu des touches dans plusieurs championnats, des offres très intéressantes financièrement... Mais j’avais besoin de retrouver des stades pleins et le plaisir sur le terrain. L’an dernier, j’avais un peu perdu tout ça à Valence. »

« Marseille, c’est un contexte particulier »

Si l’ancien joueur du Paris Saint-Germain reconnaît que Strasbourg n’était pas sa priorité, c’est parce que tout le monde sait qu’il s’apprêtait à rejoindre l’Olympique de Marseille. Mais avant de signer son contrat avec le président Pablo Longoria, l’avant-centre avait été refroidi par l’accueil très hostile des supporters marseillais. « L'OM ? Oui, l’offre était là. C’est un choix personnel et si je n’avais pas déjà joué à Strasbourg, peut-être que je n’y aurais pas signé. J’ai des attaches ici. Marseille, c’est un contexte particulier, surtout pour un ancien Parisien. Je le répète : je n’ai pas de regrets », a insisté Kevin Gameiro, tout de même contraint de revoir ses ambitions à la baisse.