OM : Le cirque Eyraud c'est fini, le maire dit stop

OM : Le cirque Eyraud c'est fini, le maire dit stop

Le maire de Marseille demande au président de l'OM de retirer sans délai sa mise et demeure sinon il interpellera directement Frank McCourt.

Au lendemain de la conférence de presse des supporters de l’Olympique de Marseille, qui avaient rangé au vestiaire leurs vieilles rivalités histoire de montrer à Jacques-Henri Eyraud que la blague était finie, c’est le maire de la cité phocéenne qui sort du silence. Pour Benoît Payan, le président de l’OM a une attitude qui ne colle plus du tout à la réalité du terrain, et avant même de tenter de négocier avec les supporters, qui eux réclament sa démission, JHE doit retirer les mises en demeure qu’il a envoyées aux différentes associations. Pour l’élu socialiste, le patron de l’Olympique de Marseille doit prendre conscience de la gravité de son acte et s’il le faut, il prendra directement contact avec Frank McCourt pour régler la situation. Benoît Payan est clairement remonté contre Jacques-Henri Eyraud mais se contente pour l’instant de menaces, faute de pouvoir influer directement sur la situation du dirigeant marseillais de plus en plus dans une position inconfortable.

S’exprimant ce samedi dans La Provence, le maire de Marseille, qui doit rencontre Emmanuel Macron la semaine prochaine à l’Elysée, mais pas pour parler de l’OM, Jacques-Henry Eyraud doit se soumettre ou se démettre. «  J’ai demandé au président de l’Olympique de Marseille d’arrêter de mettre de l’huile sur le feu, de mettre tout le monde autour de la table et surtout de retirer cette mise en demeure. On ne peut pas punir des dizaines de milliers de supporters parce qu’une dizaine d’excités, de fous furieux, ont saccagé La Commanderie. Les supporters, c’est l’âme du club, c’est l’âme de la ville. C’est ce douzième homme qui nous fait souvent gagner des matches, qui fait partie de l’histoire de Marseille. On ne peut pas le balayer d’un trait de plume ou d’un revers de la main (...) Sans le retrait de la mise en demeure, il ne peut pas y avoir de discussion. On ne discute pas avec les gens avec un bâton à la main. Tant que je serai là, ça ne se passera pas comme ça. Personne ne brisera la façon dont on supporte à Marseille. Si j’ai des contacts avec Franck Mc Court ? Je ne l’ai pas au téléphone. J’ai le président. Il va falloir à un moment donné qu’il s’exprime, qu’il prenne ses responsabilités (...) Si JHE doit démissionner ? Il ne m’appartient pas de le décider, je ne suis pas encore l’actionnaire », a prévenu Benoît Payan, décidé à prendre ce dossier à coeur, ce qui évidemment peut se comprendre, la mairie de Marseille ne souhaitant pas que la situation dégénère alors que des élections régionales se profilent.