OM : Igor Tudor roi du clash, Thierry Henry confirme

OM : Igor Tudor roi du clash, Thierry Henry confirme

Icon Sport

Depuis son intronisation à l’OM cet été, Igor Tudor a prouvé qu’il était très autoritaire, un peu trop parfois pour certains joueurs.

En l’espace de seulement quelques semaines, Igor Tudor s’est accroché avec Gerson, Cengiz Ünder ou encore Jordan Amavi. La méthode du technicien croate est radicalement différente de celle de Jorge Sampaoli. S’il peut arriver à Igor Tudor d’être proche de ses joueurs en dehors des entraînements, le coach de l'Olympique de Marseille est en revanche intransigeant sur le rectangle vert. Et si les joueurs ne sont pas à l’écoute ou ne sont pas suffisamment en forme, Igor Tudor n’hésite pas à les écarter, peu importe qu’ils s’appellent Dimitri Payet ou Duje Caleta-Car par exemple. Cette méthode un brin militaire peut fonctionner selon Thierry Henry, lequel s’est exprimé à ce sujet sur l’antenne de Prime Video. Pour l’ex-attaquant de l’Equipe de France, un petit doute subsiste en revanche en ce qui concerne les joueurs à fort caractère, ce qui est légion au sein de l’effectif olympien.

Thierry Henry décrypte la méthode Tudor

« C’est une méthode qui n’est pas toujours évidente avec la nouvelle génération. Mais c’est vrai que Marseille est tombé sur un coach, que j’ai côtoyé à la Juventus Turin, qui vous dit toujours ce qu’il a à dire. Si tu n’es pas prêt à l’accepter, le banc t’attend, la tribune, le parking, l’aéroport, peu importe. C’est une méthode qui fonctionnait au Hellas Vérone, il n’y avait peut-être pas le même calibre de joueur par rapport à l’OM, sans manquer de respect à Vérone. Mais il a de bonnes idées, des idées claires » a lancé Thierry Henry, lequel a croisé la route d’Igor Tudor lorsque les deux hommes étaient joueurs à la Juventus Turin. Chez les supporters, la victoire contre Reims avait balayé les doutes mais le match nul contre Brest a de nouveau mis le Croate sous pression. Une victoire contre Nantes, samedi soir au Vélodrome, sera nécessaire pour Igor Tudor afin de continuer à avoir la main sur son groupe malgré son management musclé.