OM : Gerson-Sampaoli, un bug à 25 millions d'euros pour Longoria

OM : Gerson-Sampaoli, un bug à 25 millions d'euros pour Longoria

Icon Sport

C'est peu dire que Gerson n'a pas apprécié d'être remplacé dimanche contre Lille, mais le joueur brésilien recruté par l'OM pour 25ME commence à être un vrai souci pour Jorge Sampaoli.

Afin de s’offrir Gerson, que certains avaient déjà présenté comme un milieu de terrain capable d’enflammer à lui seul le Vélodrome, Pablo Longoria a accepté de dépenser 25 millions d’euros, une somme colossale quand on connaît la réalité financière actuelle de l’Olympique de Marseille. Considéré comme l’un des chouchous de Jorge Sampaoli, qui avait plaidé sa cause auprès du président de l’OM, l’international brésilien de 24 ans est en train de comprendre que sa bonne réputation ne suffira pas à en faire un titulaire indiscutable au moment où le club phocéen traverse ses premières turbulences cette saison. Avant même le match à Lille, Sampaoli avait assumé les débuts compliqués de son joueur : « Gerson est un joueur qui peut jouer partout au milieu de terrain. On veut qui participe plus au jeu et au rythme de La Ligue 1. Il y a plus d’intensité physique qu’au Brésil, c’est de la faute de l’entraineur s’il n’est pas encore au niveau. »

Gerson déçoit l'OM, Sampaoli doit régler cela

Mais dimanche, constatant que le milieu recruté à Flamengo n’apportait pas suffisamment à son équipe, Jorge Sampaoli n’a pas hésité à le faire sortir afin de le remplacer à l’heure de jeu par Amine Harit. Et sous le regard des caméras de Canal+, Gerson a montré sa colère de devoir céder sa place, l’exprimant d’abord directement à l’entraîneur de l’Olympique de Marseille avant de s’en prendre au banc de touche destiné à l’accueillir. Pour L’Equipe, cette séquence spectaculaire ne doit évidemment rien au hasard, le milieu brésilien étant clairement conscient du poids de ses gestes. « Dans un milieu où toutes les images sont disséquées et où les joueurs s'emploient si souvent à se cacher la bouche pour parler librement, on peut se demander si cette réaction était un coup de sang sincère ou un coup de pression plus insidieux. C'est la première fois, en tout cas, qu'il témoigne publiquement autant de défiance à son entraîneur, même s'il a déjà montré des signes d'agacement à l'entraînement », explique le quotidien sportif. La trêve internationale permet à l'Olympique de Marseille de récupérer de cette première partie de saison trépidante, même s'il faudra bien régler un jour ou l'autre le souci connu actuellement avec Gerson, lequel s'était aussi chauffé avec Mattéo Guendouzi la semaine passée contre Lens.