OM : Fête illégale, Lirola dément un gros dérapage

OM : Fête illégale, Lirola dément un gros dérapage

Pol Lirola, impliqué dans une fête illégale en Espagne, évoque lui un dîner avec moins de dix personnes. Le joueur de l'OM renvoie tout le monde à son avocat.

Alors que la trêve internationale bat son plein et que l'actualité est plutôt autour des sélections nationales, l'OM parvient tout de même à se retrouver sur le devant de la scène, bien malgré lui. En effet, la presse espagnole révèle que deux joueurs marseillais sont impliqués dans une fête illégale ayant eu lieu à Badalona, dans la région de Barcelone. Les médias évoquent une soirée ayant réuni plus de 30 personnes, sans aucun respect des règles sanitaires, ce qui a poussé la police à intervenir. Pol Lirola, joueur prêté par la Fiorentina, a été clairement identifié et serait même l'un des organisateurs de l'évènement. Un deuxième joueur de l'OM est impliqué. Si son identité n'a pas encore été rendue officielle, plusieurs sources citent l'Argentin Leonardo Balerdi, lui aussi prêté par le Borussia Dortmund à l'Olympique de Marseille

Lirola dément

Face à la polémique naissante, le défenseur olympien s'est exprimé dans le journal catalan ARA. « C'était un dîner avec six personnes » explique le joueur. Il en faudra sûrement plus pour convaincre l'opinion publique mais surtout la justice. L'affaire est désormais entre les mains de l'avocat de Lirola, le maire de Badalona ayant indiqué via Twitter qu'il souhaitait de lourdes sanctions contre les participations à cette soirée. Mais au-delà de l'aspect juridique, les regards vont désormais être tournés vers l'Olympique de Marseille. Le club va-t-il décider de sanctionner les deux joueurs si les faits sont avérés ? Lors des trois premiers matchs dirigés par Jorge Sampaoli, les deux joueurs étaient titulaires. Fraîchement nommé président de l'OM et déjà au four et au moulin en ce qui concerne le prochain mercato, Pablo Longoria se serait sans doute bien passé de cette histoire. Une chose est sûre, Pol Lirola, dont l'avenir à Marseille était déjà incertain au vue de son option d'achat élevée par rapport aux finances du club (12 millions d'euros), n'a certainement pas marqué des points avec cette histoire.