OM : Eyraud impopulaire, il s’en fout royalement

OM : Eyraud impopulaire, il s’en fout royalement

Photo Icon Sport

Avant la rencontre OM-Montpellier mercredi soir, plusieurs dizaines de supporters marseillais ont réclamé le départ de Jacques-Henri Eyraud devant l’Orange Vélodrome.

La fracture est totale entre le président de l’Olympique de Marseille et les supporters du club phocéen. La sortie de Jacques-Henri Eyraud sur les salariés du club au mois de décembre a été la goûte d’eau qui a fait déborder le vase chez les sympathisants de l’OM, qui ne supportent plus leur président. Ce dernier était présent dans les tribunes du Vélodrome à l’occasion de la victoire olympienne face à Montpellier. Et si les mobilisations à son encontre ne lui ont évidemment pas fait plaisir, « JHE » ne semblait pas traumatisé. Ce que confirme l’un de ses proches à RMC, indiquant que Jacques-Henri Eyraud en avait vu d’autre et était en mesure de tenir le choc mentalement malgré les attaques subies.

« Il ne recherche pas la popularité, et est prêt à prendre des coups si c’est pour le bien du club, si c’est pour que les mentalités évoluent et que le club continue de se structurer » explique un proche. Un autre collaborateur enchaîne. « Il ne faut pas caricaturer ses propos sur les Marseillais. Toutes ces actions mettent justement en valeur la ville de Marseille, il ne faut pas l’oublier. Il sait que la vitrine reste le sportif, que les résultats de l’OM sont indispensables pour valider nos actions, mais on ne peut pas laisser passer l’idée qu’il manque de respect aux marseillais, cette polémique n’est pas justifiée ». Des prises de position qui ont évidemment pour but de défendre Jacques-Henri Eyraud, lequel enchaîne les actions afin de défendre Marseille et ses habitants entre accueil de femmes victimes de violences au centre d'entraînement Robert Louis-Dreyfus, mise à disposition du Vélodrome pour les Restos du Cœur et pour la campagne de vaccination contre la Covid-19... Suffisant pour retourner l’opinion ? Il y a de quoi en douter.