OM : Eyraud a peur d'être viré si Marseille est vendu

OM : Eyraud a peur d'être viré si Marseille est vendu

Photo Icon Sport

Le dossier de la vente de l'Olympique de Marseille ne s'arrête pas. Pour l'un des représentants d'Ajroudi, Eyraud est effrayé que ce rachat se fasse.

Pendant qu’André Villas-Boas et ses joueurs préparent sereinement la saison sportive qui débutera dans un mois pour l’Olympique de Marseille, le dossier de la vente possible de l’OM semble ne jamais vouloir se refermer. Malgré l’agitation médiatique du duo composé de Mohamed Ajroudi et Mourad Boudjellal, Frank McCourt dit et répète que le club phocéen n’est pas à vendre. L'avocat français du milliardaire américain a même fait savoir qu’il ne voulait plus entendre parler des deux candidats, à qui l’OM réclame désormais 500.000 euros en justice. Mais cela ne suffit pas à calmer le clan Ajroudi. Ce samedi, dans La Provence, un des représentants de l’homme d’affaires estime que Frank McCourt est toujours prêt à négocier la vente, mais que c’est Jacques-Henri Eyraud qui est debout sur les freins afin de conserver son poste de président.

Une version développée par Marc Deschenaux au nom du cabinet suisse qui a désormais remis les mains sur la communication de Mohamed Ajroudi. « Quand un exécutif comme Jacques-Henri Eyraud essaie de dire qu’il faut un plan à dix ans, ça coûte un milliard d’euros vu les résultats actuels. Mon client peut le faire sans soupirer. Vous êtes en face d’un sommet des institutionnels du Moyen Orient, l’un des hommes d’affaires les plus avisés que j’aie vus. Le tour de table ? Il peut être assis seul à la table et en faire le tour. Il peut faire le chèque tout seul. La banque Wingate est toujours mandatée, Stéphane Cohen sait ce qu’il fait. Je suis un technicien qui va travailler avec toute l’équipe. Notre cabinet est implanté aux États-Unis, c’est plus simple pour toucher directement Frank McCourt. La démarche a été entreprise, je peux vous dire que ça fait déjà un moment. Si on a eu un retour ? Je ne peux pas répondre à cette question, la relation est trop polluée par les mensonges de l’équipe française qui a peur de perdre son job », explique le représentant de Mohamed Ajroudi dans le quotidien régional.