OM : Des doutes sur la bonne affaire Amine Harit

OM : Des doutes sur la bonne affaire Amine Harit

Aligné à 15 reprises cette saison, Amine Harit a atteint le total prévu dans l’option d’achat de son prêt. Le milieu offensif de Schalke 04 sera donc transféré à l’Olympique de Marseille pour cinq millions d’euros. Une bonne affaire pour le club phocéen ? Ce n’est pas si sûr.

Double satisfaction pour Amine Harit lors de l’Olympico. En plus de la victoire contre les Lyonnais (1-0), qui plus est après les mauvais résultats de ces dernières semaines, le milieu offensif appartenant à Schalke 04 a activé l’option d’achat de son prêt. Il lui suffisait de disputer 15 matchs toutes compétitions confondues, en tant que titulaire ou remplaçant, pour être définitivement transféré à l’Olympique de Marseille. Montant de l’opération : cinq millions d'euros pour le club phocéen, qui ne réalise pas forcément une bonne opération.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Amine Harit (@amineharit)

En effet, Amine Harit a certes convaincu l’entraîneur Igor Tudor. Mais ses performances ne font pas l’unanimité sur le plateau de Football Club de Marseille, où Jean-Charles de Bono a souligné son inconstance. « C’est un bon coup quand il est régulier sur ses performances, a commenté l’ancien Marseillais. C’est un joueur qui a des qualités, un gros potentiel technique, de l’activité, mais il n’est pas régulier. Il va te faire deux-trois matchs super bons et il va disparaitre pendant quatre-cinq matchs. La régularité chez un joueur professionnel, je pense que c’est le plus important. »

La stat accablante pour Harit

L’autre défaut de l’international marocain concerne son efficacité. Le Marseillais ne compte pas un seul but ni la moindre passe décisive en neuf matchs de Ligue 1 cette saison. « Je suis d’accord, je dois travailler sur les derniers mètres, je dois être plus décisif, a reconnu Amine Harit en conférence de presse. J’ai progressé sur d’autres aspects, notamment défensif et tactique. Mais ça va venir, une fois que la confiance va venir. C’est mon axe de progression. » Un aveu lucide de la part du joueur qui a poussé Dimitri Payet sur le banc.