OM : Caleta-Car à l’agonie, c'est la faute du mercato

OM : Caleta-Car à l’agonie, c'est la faute du mercato

Icon Sport

Tout proche de rejoindre Liverpool cet hiver pour environ 25 ME, Duje Caleta-Car avait finalement été retenu à l’OM par Pablo Longoria.

L’international croate de 24 ans avait mal vécu ce transfert avorté dans la mesure où il s’agissait d’une opportunité de carrière incroyable pour lui. Confronté à une hécatombe de blessures en défense centrale, Liverpool souhaitait s’offrir les services de Duje Caleta-Car, mais l’OM a estimé qu’il n’aurait pas assez de temps pour remplacer le Croate dans la dernière ligne droite du mercato hivernal. Depuis, les prestations de Caleta-Car à Marseille sont décevantes et l’ancien roc du RB Salzbourg a touché le fond samedi soir à Montpellier. Fautif sur les deux premiers buts d’Andy Delort et de Gaëtan Laborde, Duje Caleta-Car a ensuite été logiquement expulsé pour une faute aussi grossière qu’inutile. Des contre-performances à répétition qui agacent passablement Manuel Amoros, légende de l’OM.

Caleta-Car dézingué, Alvaro épargné

« Il me déçoit, c'est poussif, je le voyais prendre une dimension supérieure. Dans cette nouvelle organisation, il faut être attentif aux déplacements, serrer l'adversaire au marquage et ce n'est pas son cas. Je le trouve emprunté de la tête alors que c'est un de ses points forts. Ses relances sont moins bonnes aussi… Peut-être qu'il a été déçu de ne pas avoir signé avec Liverpool cet hiver. Mais il faut qu'il passe à autre chose et ne pas oublier le club qui le paie, quitte à partir cet été. Le mettre sur le banc et faire jouer un peu la concurrence, ça pourrait lui permettre de se reconcentrer » a jugé Manuel Amoros dans les colonnes de L’Equipe. L’ex-consultant d’OM-TV est en revanche toujours aussi élogieux envers Alvaro Gonzalez, pourtant en difficulté lui aussi à Montpellier ce week-end.

« Alvaro reste pour moi le pilier de la défense et même de l'OM, par son aura, son agressivité quand il l'utilise bien. Il faut qu'il se calme un peu, il prend beaucoup de cartons. Mais dans une équipe, il faut un mec comme ça. Il n'y a pas beaucoup de leaders dans cet effectif et il en fait partie. Le schéma en 3-5-2 peut lui plaire, pour peu qu'il soit dans l'axe de cette défense à 3, pas sur un côté » explique-t-il. Tandis que Caleta-Car et Alvaro galèrent dans ce nouveau système de Jorge Sampaoli, un homme trace sa route en évitant les critiques : Leonardo Balerdi, prêté avec option d’achat par le Borussia Dortmund et qui a récolté un excellent 7/10 dans L’Equipe après le match nul spectaculaire dans l’Hérault samedi soir (3-3).