OM : Bielsa le torturait, Doria l'avait compris

OM : Bielsa le torturait, Doria l'avait compris

Photo Icon Sport

La signature de Doria dans les dernières minutes du mercato 2014 à l'Olympique de Marseille avait suscité l'enthousiasme. Mais Marcelo Bielsa l'avait placardisé avant même qu'il ne signe.

Au mauvais endroit au mauvais moment. Voilà qui résume le passage de Doria à l’Olympique de Marseille. Suscitant l’enthousiasme de certains supporters de l’OM qui voyaient en lui le « futur Thiago Silva », le Brésilien de 19 ans avait rejoint l’équipe d’un certain Marcelo Bielsa, qui entamait sa première saison sur le banc phocéen. Et le moins que l’on puisse dire est qu’El Loco a clairement fait de Doria sa tête de turc, le mettant ostensiblement au placard quoi que fasse le défenseur brésilien à l’entraînement. Revenant sur son passé à l’Olympique de Marseille dans les colonnes de So Foot, Doria avoue qu’il a souffert de cette situation avant finalement d’en prendre son partie. Désormais titulaire en D1 mexicaine, le Brésilien admet que Marcelo Bielsa avait fait un choix à son encontre probablement pour vexer Vincent Labrune.

C’est la relation entre les deux hommes qui aurait eu un effet néfaste sur le passage de Doria à Marseille. « J'ai signé avant la fin du mercato, et là, Bielsa s’est emporté contre Labrune: "Vous déconnez, vous m’avez dit qu’il ne venait pas, et maintenant il vient? Vous passez au-dessus de mon pouvoir!" Ils se sont disputés, et le coach a dit: "OK, tant pis, Doria ne jouera pas." Moi, je n’avais aucun problème avec Bielsa ni Labrune. Je m’entraînais avec l'effectif pro, je travaillais en silence. Mais je passais le match sur le banc et le lendemain, je jouais avec l'équipe réserve. Ça m’a fait mal. Si je lui reproche quelque chose? Non, je n’ai rien contre lui. (...) J’ai essayé de prendre le maximum de Bielsa en matière de foot. Après, humainement, c’est difficile, tu sais... (...) Il ne parlait pas beaucoup avec les joueurs. Il laissait les membres du staff le faire, et ses adjoints avaient un peu honte de venir à la fin de l’entraînement, s'approcher doucement, et m'annoncer que j’allais jouer avec la réserve. Parfois, ils m’envoyaient un SMS pour ne pas me le dire en face (...) S’il y avait un expulsé ou un blessé dans l’équipe, Bielsa alignait un milieu défensif ou un latéral pour ne pas avoir à me positionner en défense centrale », explique Doria, qui a retrouvé ses qualités loin de l’Olympique de Marseille, club qu’il a quitté il y a désormais deux ans de cela.