Lille : Adieu le beau jeu, Galtier copie l’OL et l’Atlético

Lille : Adieu le beau jeu, Galtier copie l’OL et l’Atlético

Accroché par Brest (0-0) le week-end dernier, Lille se retrouve souvent confronté à des blocs bas en Ligue 1. L’entraîneur Christophe Galtier a donc opté pour un plan de jeu moins ambitieux.

En tant que leader et prétendant au titre, le LOSC fait forcément peur à ses adversaires en Ligue 1. Peu d’entre eux osent avancer leur bloc au risque de subir la vitesse des attaquants lillois en contre-attaque. Il devient donc de plus en plus difficile de trouver la solution pour les Dogues, dont l’entraîneur Christophe Galtier mise désormais sur les erreurs adverses. Une stratégie moins ambitieuse mais parfaitement assumée.

« On s'aperçoit que les équipes que l'on joue nous donnent de moins en moins d'espace, a remarqué le coach de Lille. Et s'il y a un moment où l'adversaire peut vous donner des espaces, c'est quand lui a le ballon. L'équipe est ouverte, se met dans des dispositions pour faire des ressorties de balle. Depuis janvier 2020, on a énormément travaillé sur cela, sur le fait de défendre en avançant, de contrarier le plus rapidement possible les sorties de balle de l'adversaire. Mais ce n'est pas spécialement lié à nous. » En effet, d’autres formations ont adopté cette philosophie.

L’exemple de l’OL à Brest

« Hier (vendredi) les trois buts lyonnais sont liés à des pertes de balle très rapides de l'adversaire, a souligné Galtier. Il y a des équipes - Paris, Manchester City - fortes avec le ballon avec leurs grands joueurs à la fois très forts à la récupération mais aussi face à un bloc bas, car il y a de la qualité individuelle, de la maîtrise technique, de l'expérience, de la présence dans la surface. Mais vous avez aussi des grandes équipes européennes, comme l'Atlético Madrid, qui font en sorte de pousser l'adversaire à la faute sur phase initiale pour créer rapidement un déséquilibre. » Autrement dit, il n’y a aucune honte à revoir ses ambitions dans le jeu à la baisse.