FCGB : Quand Bordeaux en vient à pleurer Cheick Diabaté...

FCGB : Quand Bordeaux en vient à pleurer Cheick Diabaté...

Photo Icon Sport

Malcom beaucoup moins tranchant cette saison, Bordeaux est à la peine pour enchainer les victoires, et cela se voit avec un classement inquiétant et un maintien toujours pas assuré.

Le changement d’entraineur n’a pas vraiment réglé ce problème offensif récurrent, malgré de nombreux éléments, et des joueurs de qualité mais trop souvent intermittents. Laborde, De Préville, Kamano, Malcom, Mendy ou Cafu, personne n’a su s’imposer, et c’est là-dessus que la saison bordelaise s’est jouée selon Marius Trésor. Selon le dirigeant aquitain, un bon vieux renard des surfaces aurait tout réglé.

« Quand on voit Karl Toko Ekambi, qui est à 17 buts, dans une équipe du SCO d’Angers… C’est peut-être ça qui a manqué à Bordeaux, un vrai buteur. Quand je vois encore le grand Cheick qui claque des buts avec Benevento. Cinq matches, cinq buts… Tu te dis que ce n’est pas possible. Mais il est toujours placé au bon endroit, où il faut… Chez nous, c’est ce qui te manque, un garçon capable de convertir en but les occasions créées. Ce qui manque aussi à notre équipe, c’est quelqu’un capable de faire jouer ces garçons. Au départ on a pensé que Valentin Vada aurait pu le faire avec sa technique, faire jouer ses partenaires de devant, mais ça n’a pas marché. On s’est appuyé sur Malcom pendant un bon bout de temps en pensant que… Au bout de dix minutes il n’est pas à l’aise dans ce poste de numéro dix, donc on le remet sur le côté droit… », a ainsi pesté Marius Trésor sur les ondes de Gold FM. Pourtant, avec l’arrivée de Nicolas De Préville au prix d’un bel effort financier, Bordeaux était persuadé d’avoir enfin trouvé son finisseur. La question devrait à nouveau se poser l'été prochain au mercato.