FCGB : Panique à Bordeaux, Gasset balance

FCGB : Panique à Bordeaux, Gasset balance

Pour Jean-Louis Gasset, les joueurs de Bordeaux ont été tétanisés par l'enjeu au moment d'affronter le FC Nantes dans un match crucial pour le maintien. Une peur qui s'est soldée par une cinglante défaite 3-0.

Dans un match capital dans la course au maintien, les Girondins de Bordeaux ont été écrasés par le FC Nantes samedi en début d'après-midi (3-0). Les Bordelais voient donc les Canaris revenir à deux points, à deux journées de la fin. Pourtant solidaires et combattifs lors de la victoire contre le Stade Rennais dimanche dernier, les Marines et Blancs n'ont jamais été en mesure d'inquiéter les Nantais. Rapidement menés au score, les Girondins n'ont pas montré la moindre réaction sur le terrain. Bien que la défaite de Lorient face à l'OL arrange les affaires girondines, le maintien est encore loin d'être assuré. Après la rencontre, Jean-Louis Gasset a livré son ressenti sur la prestation de ses joueurs, qu'il a jugé pris par l'enjeu, sans réellement avoir d'explication.

« C’est un non match. Les joueurs ont été tétanisés par l’enjeu. C’était pourtant pratiquement la même équipe que celle qui a joué avec le coeur contre Rennes (1-0), même s’il y avait eu des circonstances favorables. On a été battu dans tout, la technique, l’agressivité, la récupération du ballon. C’est incompréhensible. Il n’y a que la peur qui peut expliquer. Je suis inquiet mais, en même temps, il y a toujours l’espoir car sur un match, on est capable de bien faire quand ça démarre bien, que ca va bien mentalement rapidement. Les joueurs ont conscience de la situation, trop peut-être. Il va falloir trouver, comme contre Rennes, un ressort dans la semaine. On est faible mentalement et au moindre accroc, on lâche. On ne joue pas un match pour se sauver, on les regarde et on attend. Les pertes de balle, les duels perdus, les replacements dans des contres : c’était trop gros. Parfois, c’est incompréhensible » a expliqué l'entraîneur bordelais dans des propos relayés par Sud-Ouest. Déjà en grande difficulté économique depuis l'abandon de l'actionnaire majoritaire King Street, Bordeaux doit désormais se concentrer sur les deux prochains matchs face à Lens et Reims pour éviter une relégation qui serait un véritable coup de massue pour tous les supporters bordelais.