FCGB : Longuépée croyait au bluff, les supporters vont frapper fort

FCGB : Longuépée croyait au bluff, les supporters vont frapper fort

Photo Icon Sport

Remontés contre la direction, les supporters des Girondins de Bordeaux vont de nouveau manifester leur colère. Un mouvement soutenu par de nombreux anciens du club.

Les amoureux des Girondins s’activent sur les réseaux sociaux. Depuis quelques jours, de nombreux supporters se donnent rendez-vous devant la mairie de Bordeaux samedi à 16 heures. Un mouvement massivement soutenu par d’anciens Marine et Blanc comme Christophe Dugarry, Benoît Trémoulinas ou encore Marc Planus, lequel avait prévenu le président Frédéric Longuépée en constatant les méthodes de la direction américaine.

« Aujourd'hui je ne reconnais plus mon club ! Je l'ai déjà dit au président Frédéric Longuépée, a raconté l’ancien défenseur formé à Bordeaux, sur Gold FM. On s'est vus à un déjeuner et j'ai essayé de l'avertir de ce qui allait se passer. Connaissant un peu le peuple bordelais, pour en faire partie, j'ai averti les gens. Six mois après, je fais le constat que rien n'a évolué pour personne et ça, c'est la plus grande déception. L'image du club elle a été ruinée ! Ils ont ruiné le travail de présidents comme Claude Bez, Jean-Louis Triaud. Le club ne représente plus rien pour les Bordelais et c'est ça le drame. »

Planus n’accable pas Longuépée

« Je n'ai pas de BTS compta-gestion, donc c'est dur de parler des comptes. Mais, aujourd'hui, quand on les lit, le déficit il est exorbitant, a souligné celui qui a porté le brassard des Girondins. J'ai peur que si l'actionnaire s'en aille, que ce soit Pompéi derrière. Quand on regarde l'organigramme, tous ces gens qui ont été amenés par ce rachat, quand ils vont partir, qu'est-ce qu'ils vont nous laisser derrière ? Et qui sera en mesure de relever ce club-là à ce moment-là ? » Pour toutes ces raisons, Planus ne peut que soutenir le rassemblement prévu samedi, avec une petite précision.

« Il ne faut pas se tromper de combat. M. Longuépée est esseulé, il s'est mis dans une situation compliquée mais il ne faut pas tout lui mettre sur le dos. J'aimerais maintenant que quelqu'un de King Street vienne sur le devant de la scène pour expliquer les choses. J'aimerais lui dire : "vous avez acheté un club avec son héritage, vous n'avez pas le droit de le dilapider !" », a lancé le natif de Bordeaux, dont le message est salué par les supporters sur la toile.