FCGB : Bordeaux l'annonce, rendez-vous à la 38e journée

FCGB : Bordeaux l'annonce, rendez-vous à la 38e journée

Renversé par Nantes lors d’un incroyable derby de l’Atlantique, Bordeaux penche dangereusement vers une relégation en Ligue 2. Mais l’entraîneur David Guion, lui, refuse d'abdiquer.

Le FCGB vient de connaître une semaine très difficile. Mercredi, le club au scapulaire menait 2-0 avant de se faire rejoindre par l’ASSE (2-2). Rebelote ce dimanche, vu que Bordeaux menait par deux buts d’avance à la mi-temps avant de couler en seconde période sur la pelouse de Nantes (3-5). Une vraie claque surtout que le FCGB a mené deux fois au score avant de louper l'opportunité d’égaliser sur le penalty raté par Briand à la 88e minute de jeu. Cette défaite fait en tout cas beaucoup de mal aux Girondins, qui sont avant-derniers du championnat à quatre points du barragiste stéphanois, et surtout à six longueurs du premier non-relégable, Clermont. Autant dire que l’heure est très grave du côté du Matmut Atlantique, où la mission maintien commence à sentir mauvais. Ou pas, si l’on en croit les dires de David Guion, qui pense que son équipe restera dans le match jusqu’au bout.

« Ça se jouera jusqu'au dernier match »

« Une fois encore, c'est une énorme déception lorsque l’on voit la façon dont nous avions le match en main à la pause. On insiste sur l'entame de match et de la deuxième période, les garçons eux-mêmes se le sont dit. Puis, à la 51e minute, on en a déjà pris deux. C'est devenu compliqué, mais les joueurs ont su se remettre dans le droit chemin pour mener à nouveau, mais, on a encore été trop friable défensivement pour pouvoir remporter cette partie. Je ne sais pas si c'est une peur de gagner, mais on sent que les garçons ont différents traumatismes sur les scénarios vécus cette saison. On les met en garde, on les rassure, on leur donne des billes pour qu'ils puissent être très attentifs. On l'a bien vu contre Nantes, on est capable de faire de bonnes choses. Puis, par moments, on lâche notre discipline et notre rigueur, puis on le paie cash. Comme je dis aux joueurs, on est à la lutte. Ça se jouera jusqu'au dernier match. Je suis convaincu qu'il y aura quelque chose à jouer lors de la 38e journée », a lancé l’entraîneur du FCGB en conférence de presse.

Pour sortir de l'impasse, Bordeaux devra être un peu plus imperméable que ces derniers temps, sachant que le FCGB a encaissé 13 buts en trois matchs pour conforter son statut de pire défense d’Europe avec pas moins de 84 pions subis depuis le début de la saison, un record en France depuis plus de 40 ans…