De Tavernost : «Un match champagne»

De Tavernost : «Un match champagne»

Le président de M6, propriétaire des Girondins de Bordeaux, attend avec impatience le match face à Chelsea, et fait également le point sur Gourcuff et Blanc.

Avec la réception de Chelsea ce mercredi, Bordeaux jouera probablement sa dernière carte pour accéder aux 1/8e de finale de la Ligue des Champions. Une situation qui procure des motifs de satisfaction à l’argentier du club aquitain. « Il y a déjà eu des grands matchs, notamment en Champions League mais celui-ci est un match champagne. On a vécu le match aller difficilement (défaite 4-0), il y a une revanche à prendre. C'est pour cela qu'on aime le football : une belle ambiance, un stade plein, deux belles équipes, une diffusion à la télévision et, en plus, de l'enjeu. Dans tous les cas, je pense que tout Bordeaux, toute l'Aquitaine même, sera derrière le club ce soir-là », a assuré Nicolas De Tavernost dans un entretien au quotidien Sud-Ouest.


Le président de la sixième chaîne en a également profité pour faire le point sur les deux dossiers chauds à venir, celui de Laurent Blanc et de Yoann Gourcuff. « Les avoir fait venir était déjà un signe fort. Il y a eu des choix faits par Jean-Louis Triaud qui sont bons. Après, chacun est libre de son destin, c'est à Laurent Blanc de se décider afin que le club s'organise au mieux pour les prochaines saisons », a expliqué De Tavernost au sujet de son entraîneur, avant d’anticiper prudemment les négociations de fin de saison concernant le cas Gourcuff, dont Bordeaux a une option d’achat de près de 15 ME. « Le club examinera la situation au moment de la levée de l'option, c'est-à-dire à la fin de la deuxième partie de la saison, en fonction des circonstances qui s'opéreront, du classement, de son entraîneur et de ce que souhaitera le joueur. En tout cas, le propriétaire du club fera tout son possible pour tenter de conserver ce joueur de grand talent », a déclaré Nicolas De Tavernost, qui doit certainement bien savoir qu’une qualification pour la prochaine Ligue des Champions sera déjà un premier argument en faveur des Girondins pour garder leur meneur de jeu international.