Bordeaux réagit à la DNCG et va faire appel !

Bordeaux réagit à la DNCG et va faire appel !

Icon Sport

Ce fut la nouvelle choc en France ce mardi soir, les Girondins de Bordeaux ont été rétrogradés en National 1 par la DNCG. Toutefois, ils ne comptent pas en rester là.

Les garanties financières du propriétaire des Girondins, Gérard Lopez, ont été jugées insuffisantes par le gendarme financier du football français. Après un premier examen du dossier qui avait offert un sursis aux Bordelais, la sanction est tombé lors de la seconde entrevue. Pas de Ligue 2 mais un séjour en National 1, le troisième échelon du football français pour Bordeaux. Un choc pour le football français et une première pour le club, même si c'était dans l'ère du temps. Toutefois, Gérard Lopez ne compte pas en rester là. Le club a publié un communiqué dans la soirée pour annoncer faire appel d'une « décision brutale ». 

« C’est avec consternation que le FC Girondins de Bordeaux prend acte de la décision de la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) prononçant la rétrogradation administrative du club en National 1. Le club fait bien évidemment immédiatement appel de cette décision. Auditionné le 14 juin 2022 par la DNCG, le club a présenté la garantie du réengagement de l’actionnaire majoritaire à hauteur de 10M€, d’un accord avec les détenteurs de la dette du club, ainsi que d’offres de vente de quelques joueurs, dont le montant cumulé dépasse les objectifs fixés par la Commission. Alors que le mercato ne fait que commencer, les ventes de joueurs n’ont pas encore pu être concrétisées. Malgré les propositions concrètes de la direction du club pour garantir la pérennité du club, la DNCG a sanctionné l’accord avec les créanciers qui a été jugé insuffisant, l’absence de préfinancement de la vente des joueurs, tout comme l’absence d’abandon par les prêteurs d’intéressements sur ventes des joueurs en faveur du club », a t-il indiqué. Gérard Lopez devra être plus convaincant, sous peine de voir l'avenir de ce monument s'assombrir très rapidement.