Bordeaux : Les Ultras et Lopez, trop proches pour être honnêtes ?

Bordeaux : Les Ultras et Lopez, trop proches pour être honnêtes ?

Icon Sport

La température a du mal à retomber du côté de Bordeaux malgré la trêve internationale. Avant de reprendre l'opération maintien avec un déplacement à Lille, ça tape toujours dur dans les coulisses du club au scapulaire.

Depuis la défaite contre Montpellier, et suite aux accusations de racisme lancées par les Ultramarines à l'encontre de Benoît Costil et Laurent Koscielny, la colère gronde du côté de Bordeaux, où certains estiment que les Ultras sont allés beaucoup trop loin. Pointé du doigt, le porte-parole des UB87 est d'autant plus dans la tourmente que l'on a appris quelques jours avant le match qu'il avait régulièrement eu des rendez-vous avec le propriétaire des Girondins, et que forcément ses prises de position avaient un poids hors du commun. Invité de France Bleu Gironde, François Grenet, ancien joueur emblématique des Girondins de Bordeaux, a mis les pieds dans le plat et a fait part de sa colère à l'encontre d'un des responsables des Ultras.

Les Ultras se trompent de combat en accusant Costil

Dans des propos relayés par Girondins33.com, l'ancien défenseur bordelais s'est fait accusateur. « L’incident entre Benoît Costil et les Ultramarines, c’est plutôt une altercation avec Florian Brunet. Les Ultras ont scandé des choses à l'appel de leur responsable, mais c'est surtout le comportement de ce personnage qui est pathétique (...) Tout ce qui se dit après est allé très loin. Trop loin. Je trouve ça pathétique, scandaleux. Quand on est devant la télé, qu'on reçoit les images c’est terrible et ça porte préjudice à l'image du club, à ces supporters dont il est le porte-parole. Ça les décrédibilise aussi. Je pense que ce personnage est en surrégime. Il s'est beaucoup avancé, mouillé dans certains sens - sa passion et son investissement, personne ne les conteste - mais je pense qu'il est allé trop loin dans son soutien aveugle et hypnotique, car ils ont été hypnotisés par Gérard Lopez avec des Gérard par ci, des Gérard par là. Au final ça ne se passe pas comme ils le pensaient et comme il s'est beaucoup investi, il est en train de perdre ses moyens », a lancé un François Grenet très remonté au moment où Bordeaux pointe à la 20e place du classement de Ligue 1 et fonce vers la Ligue 2.