EdF : Kolo Muani replonge Deschamps dans son cauchemar

EdF : Kolo Muani replonge Deschamps dans son cauchemar

Entré en jeu, Randal Kolo Muani a permis aux Bleus de vivre une fin de demi-finale plus tranquille face au Maroc (2-0) mercredi. L’attaquant de l’Eintracht Francfort prouve que les remplaçants peuvent tenir un rôle décisif au Mondial 2022. Ce qui rappelle un bien mauvais souvenir au sélectionneur Didier Deschamps.

C’est certain, l’équipe de France ne dispute pas cette Coupe du monde 2022 avec une énorme profondeur de banc. Les nombreuses absences ont forcément réduit la marge de manœuvre de Didier Deschamps. Il n’empêche que le sélectionneur des Bleus peut encore compter sur des remplaçants de qualité. A l’image de Marcus Thuram, qui a amené solidité et percussion sur le couloir gauche, Randal Kolo Muani a également réussi son entrée face au Maroc alors qu’il n’était pas censé disputer la rencontre.

« C'était Kingsley Coman qui rentrait, mais lui aussi a ressenti un peu de fébrilité dans l'après-midi, a expliqué Didier Deschamps. Et puis la configuration et la capacité de course de Kolo Muani est un peu plus importante. Ce n'est pas pour me donner raison ou pour me donner tort, mais à travers ce qu'il a fait, c'est aussi un bon exemple pour tous les autres joueurs qui n'ont pas été utilisés, et qui à un moment peuvent être décisifs. Le banc, c'est important. »

Eder, Deschamps n'a pas digéré

Cette leçon rappelle au sélectionneur un très mauvais souvenir, peut-être le pire de son aventure sur le banc tricolore. « Je rajouterais que j'ai un souvenir qui est plutôt négatif. Je me rappelle d'un joueur qui n'avait pas joué une seconde pendant un certain championnat d'Europe, et qui était rentré un soir de finale, et vous savez comment ça s'est fini, a-t-il rappelé. Voilà... Tant mieux pour Kolo et surtout pour le groupe. » Didier Deschamps fait évidemment référence à l’attaquant portugais Eder, bourreau des Bleus en finale de l’Euro 2016 au Stade de France.