CdF : Le Graët tremble sous la pression du PSG et de l’ASSE

CdF : Le Graët tremble sous la pression du PSG et de l’ASSE

Photo Icon Sport

Programmée le vendredi 24 juillet, la finale de la Coupe de France entre le Paris Saint-Germain et l’AS Saint-Etienne pourrait se jouer devant un public très limité. Un scénario que Noël Le Graët tient à éviter.

C’est confirmé, la finale de la Coupe de France aura bien lieu le vendredi 24 juillet. La Fédération Française de Football, qui organise la compétition, n’a donc plus que quelques semaines pour faire augmenter la jauge de 5.000 spectateurs pour le moment autorisés. « C'est certain avec du public ! Pour l'instant, c'est 5 000 spectateurs. J'ai demandé un nombre plus important, a confié le président Noël Le Graët au Parisien. 25 000 ou 50 000, ça peut passer si le Covid-19 ne nous fait pas de misère dans les jours qui viennent. J'espère que le 10 juillet, on aura un résultat positif. »

Au-delà du spectacle qui serait forcément meilleur avec un public plus nombreux, le dirigeant sait que cette jauge à 5.000 personnes limiterait le nombre de places accordées aux deux finalistes. « Si on reste à 5.000 spectateurs, ce sera très compliqué, a reconnu le Breton. On fera en sorte que le PSG et Saint-Etienne obtiennent quelques billets. Il faudra faire une distribution correcte plutôt que du commerce qui n'a pas grand intérêt. Avec 25.000 spectateurs, c'est différent. On appliquera alors de façon habituelle cette redistribution. »

« Ne nous plaignons pas »

Car le remplissage du tiers du Stade de France suffirait au bonheur de Le Graët, persuadé que cette finale prévue un vendredi soir n’attirera pas tant de monde à Saint-Denis. « Notre partenaire qui diffuse les finales voulait que les rencontres se déroulent le vendredi soir. Ne nous plaignons pas. Il n'y aura pas 80 000 personnes, a assuré le patron de la FFF. Si on monte le nombre de spectateurs à 25 000, les Stéphanois pourront se déplacer. » Eux qui attendent ce grand moment depuis plusieurs mois.