Liverpool-Real au Stade de France : la France retire enfin sa terrible accusation

Liverpool-Real au Stade de France : la France retire enfin sa terrible accusation

Un mois après les faits, la France a fini par reconnaitre ses erreurs dans la gestion de la finale de la Ligue des Champions. Ce ne sont pas les supporters de Liverpool qui ont causé les incidents au Stade de France.

Une rencontre entre Liverpool et le Real Madrid marquée par de graves incidents autour de l’enceinte de Saint-Denis, où les supporters de Liverpool, venus en masse, n’avaient pas pu entrer dans le stade à temps. Les fans des Reds étaient accusés d’être venus sans billet ou avec des faux billets pour des milliers d’entre eux, ce qui avait provoqué une interminable attente aux portiques, et de nombreuses agressions, des passages en force dans le stade et des bousculades. Le Préfet de Police et le Ministre de l’Intérieur avaient accusé les supporters anglais de tous les maux, les traitant de hooligans venus pour s’en prendre à la police française. Progressivement, la vérité a éclaté, à savoir que la gestion avait été catastrophique malgré les heures d’attente et les agressions subies par les supporters de Liverpool venus en famille. Des vols et des altercations que les Anglais ont subi selon de nombreux témoignages. Ces derniers ont été recueillis par la police français jusqu’à Liverpool, pour faire la lumière sur cette affaire. 

La délinquance pointée du doigt

Et ce mardi, sur RTL, Gérald Darmanin a pour la première fois reconnu que l’organisation avait été défaillante, et a présenté - timidement - ses excuses au nom de la France. Pour le Ministre de l’Intérieur, le doute n’est plus possible, et ce sont surtout des jeunes venus de Seine-Saint-Denis qui ont mis le bazar au Stade de France. « Le Stade de France aurait du être mieux géré, la réponse est oui. Est-ce que j’ai ma part de responsabilités, la réponse est oui. Je m'excuse bien volontiers contre tous ceux qui ont subi cette mauvaise gestion. S'il y a quelque chose qui s'est mal passé au Stade de France, c'est la lutte contre la délinquance. J’ai donné des instructions extrêmement claires désormais de lutte contre toute forme de délinquance en Seine-Saint-Denis et singulièrement autour abords du Stade de France. Ça aurait pu être fait plus tôt, c'est vrai, je l'avoue bien volontiers », a livré le membre du gouvernement, qui ne s’était pas privé pour accuser « bien volontiers » les « hooligans » de Liverpool pour ces incidents dès les heures qui ont suivi la rencontre.