Le Real, roi d'Europe et de Madrid !

Le Real, roi d'Europe et de Madrid !

Photo Icon Sport

Dans une finale au scénario époustouflant et incroyable, le Real Madrid, encore mené par l’Atlético à quelques secondes de la fin, a réussi à renverser la tendance, pour finalement gagner sa dixième Ligue des champions après une prolongation explosive (4-1).

Il ne fallait pas attendre très longtemps pour que cette finale de la Ligue des champions connaisse son premier coup de tonnerre. Visiblement touché dès le coup d’envoi, Diego Costa, qui avait été titularisé une semaine après sa blessure contre le Barça, devait céder sa place (9e), obligeant Diego Simeone à changer son plan de bataille. Déjà guère enclin à se ruer à l’attaque, l’Atlético resserrait encore les rangs, même si le Real Madrid n’était pas décidé à faire des folies malgré une grosse possession. La finale n’était guère emballante, et il fallait attendre la 32e minute pour voir la première vraie occasion. En récupérant le ballon, suite à une erreur de Tiago, Bale bénéficiait d’une belle occasion, mais le joueur gallois ratait un but qui lui semblait promis. La formation d’Ancelotti commençait à pousser un peu, même si Cristiano Ronaldo restait transparent, seul Benzema étant un peu en valeur. Mais, sur sa première opportunité, l’Atlético Madrid allait rafler la mise. Consécutivement à un centre de Juanfran, Godin reprenait de la tête et lobait un Casillas très mal sorti, le portier du Real Madrid tentant désespérément de sortir le ballon, mais en vain (0-1, 36e). Un but casquette qui laissait un peu KO les Merengue, lesquels frôlaient la catastrophe lorsque sur un coup-franc Adrian Lopez ratait de peu le cadre (41e).

La seconde période allait être heureusement plus intense, et c’est le Real Madrid qui dégainait en premier. Sur un coup-franc signé du Maître CR7, Courtois réussissait une somptueuse claquette pour éviter l’égalisation (54e). Conscient que son équipe avait besoin d’un électrochoc, Ancelotti lançait simultanément Marcelo et Isco (59e), mais malgré cela c’est l’Atlético qui se montrait nettement plus incisif, avec notamment plusieurs centres consécutifs de Juanfran qui ne trouvaient pas preneur. Sur un service de Sergio Ramos, Ronaldo et Benzema rataient d’un cheveu une reprise à bout portant (63e), cette finale s’emballait enfin. Placé dans l’obligation de prendre des risques, le Real Madrid se ruait à l’attaque, tandis que la formation de Diego Simeone se mettait en mode hérisson, restant à l’affût du moindre contre, sans réellement prendre des risques. Bale allait se créer quelques grosses occasions, mais le Gallois n’était pas dans un bon soir et voyait le cadre encore se défiler, notamment sur un pointu mal inspiré, alors que Benzema semblait bien placé (77e). L’attaquant français cédait sa place, Morata entrant dans le grand bain pour les dix dernières minutes. Les Colchoneros étaient acculés devant le but de Courtois, mais ils tenaient le score et le Real Madrid semblait de plus en plus en panne d’inspiration. Pourtant, au bout des cinq minutes improbables de temps additionnel, sur un corner, Sergio Ramos égalisait d’une puissante reprise de la tête que le portier de l’Atlético ne pouvait qu’effleurer (1-1, 90e+4). 

La première période de la prolongation ne donnait rien, même si physiquement cela devenait très dur dans les deux camps, à l’image d’un Cristiano Ronaldo victime de crampes. Cependant, remontés comme jamais après ce retour de nulle part, les joueurs du Real Madrid allaient parvenir à trouver la faille. Sur un déboulé de Di Maria qui entrait dans la surface et frappait, Courtois détournait, mais Bale, au second poteau, marquait de la tête un but qui valait de l’or (2-1, 110e). L’Atlético était au bord de l’explosion et craquait définitivement puisque Marcelo creusait un peu plus l’écart (3-1, 118e), avant que CR7 y aille de son 17e but cette saison en Ligue des champions sur penalty (4-1, 120e). Cette fois, le Real Madrid tenait sa fameuse dixième Ligue des champions, et pouvait fêter cela dans une ambiance indesriptible.