Thiriez tente d'expliquer le refus de Luzenac en Ligue 2

Thiriez tente d'expliquer le refus de Luzenac en Ligue 2

Photo Icon Sport

Luzenac avait obtenu sur le terrain le droit de monter en Ligue 2, le club avait ensuite du se battre devant la DNCG, puis le CNOSF, puis le Tribunal Administratif et de nouveau devant la DNCG pour avoir son ticket chez les pros. Mais ce vendredi, le conseil d’administration de la LFP a refusé de laisser monter le Luzenac AP pour la simple raison que le Stade Ernest-Wallon, qui est celui du club de rugby de Toulouse, un des meilleurs XV d’Europe, n’est pas aux normes pour recevoir des rencontres de Ligue 2. Conscient que cela passait très mal, Frédéric Thiriez a longuement justifié à l'Agence France Presse la décision prise par son conseil d’administration. Et il n’est pas certain que malgré son long argumentaire cela soit mieux compris, certains ayant déjà fait remarquer que l'équipe de France Espoirs de football avait joué dans ce même stade le 18 novembre dernier contre les Pays-Bas...

« Le problème de Luzenac est extrêmement simple. Comment peut-on participer à un championnat professionnel sans avoir de stade ? Leur stade actuel ne répond pas aux normes de sécurité et le stade de repli qu'ils nous ont proposé, le stade Ernest-Wallon, ne répond pas non plus aux normes de sécurité de la Ligue et de la Fédération. Et de toute façon, ils n'ont toujours pas l'accord du Stade Toulousain pour y jouer. Dans ces conditions, s'agissant de règles de sécurité avec lesquelles je n'ai jamais transigé, c'est ma responsabilité qui est engagée, y compris sur le plan pénal. La première obligation de la Ligue est d'assurer la sécurité du public. Or, rien n'a été fait et le CA en a tiré les conséquences. Nous ne pouvions pas prendre une autre décision. Je suis triste pour les joueurs de Luzenac, qui avaient gagné sur le terrain le droit de jouer en Ligue 2, mais il faut qu'ils s'en prennent au management du club qui a été incapable d'assumer ses responsabilités (…) Je suis un ancien joueur de rugby et un amoureux de ce sport. Mais le football, en termes de public et de sécurité, a des exigences et des contraintes supérieures. La vidéo-surveillance, qui est un élément essentiel pour lutter contre la violence, en est un bon exemple. Or, il n'y a pas de vidéo-surveillance à Ernest-Wallon. Nous l'avons dit au club depuis de nombreux mois. Au printemps, la Ligue prend contact avec les clubs qui sont susceptibles de monter en Ligue 2. Luzenac n'a jamais répondu aux demandes de la Ligue de faire des travaux dans son stade ou de proposer un stade de repli. Or nous ne pouvons pas transiger avec les règles de sécurité », a précisé, sur le site officiel de la Ligue de Football professionnel, Frédéric Thiriez, qui a bien compris qu’il allait devoir batailler ferme pour faire comprendre cette décision qui semble étonnamment être tombée du ciel alors que jamais cet argument n’avait été opposé au club de l’Ariège. 

Et d’ailleurs, le patron de la LFP s’est défendu d’avoir saisi ce problème supposé de stade pour flinguer Luzenac. « Ce serait de la mauvaise foi. Il n'y a pas que le critère financier qui entre en jeu pour accéder au monde professionnel. Il y a aussi le stade. Tout le monde le savait. Le club le savait parfaitement depuis le mois d'avril, ce n'est pas une surprise pour eux », affirme Frédéric Thiriez, dont la popularité dans les tribunes risque de baisser encore un peu plus. Mais à priori cela ne le perturbe pas trop....

Share