CdM : L’Espagne s'autoproclame favorite du Mondial

CdM : L’Espagne s'autoproclame favorite du Mondial

Icon Sport

L’Espagne fait son entrée en lice dans le Mondial 2022 ce mercredi à l’occasion d’une affiche alléchante contre le Costa Rica.

La Roja ne devra pas se manquer si elle veut sortir de son groupe puisqu’il s’agit assurément de l’une des poules les plus relevées de la compétition avec le Costa Rica, l’Allemagne et le Japon. Pour les demi-finalistes du dernier Euro, il est clair que l’objectif est de se qualifier pour les 8es de finale de la Coupe du monde et de viser bien au-delà. Luis Enrique a bâti une équipe avant tout basée sur le collectif et dans lequel aucune star ne se détache vraiment des autres si ce n’est les deux prodiges barcelonais Gavi et Pedri. Interrogé par L’Equipe avant le premier match de ce mercredi contre le Costa Rica, le milieu de terrain de Manchester City, Rodri, a dévoilé que selon lui, l’Espagne était l’une des grandes favorites pour le Mondial en raison de sa force collective qui peut la placer au-dessus du Brésil, de l’Angleterre ou encore de la France.

Rodri estime que l'Espagne fait partie des favoris

« Aujourd'hui, beaucoup d'équipes se tiennent. Le champion d'Europe (l'Italie) n'est même pas qualifié. Le Brésil, la France, l'Angleterre ont des individualités impressionnantes. Mais sincèrement, au niveau collectif, nous sommes la meilleure équipe. Quand tu vois les mécanismes de tous les joueurs, en attaque comme en défense, la manière de penser le jeu, d'appliquer les idées de l'entraîneur, à mon avis nous sommes les meilleurs collectivement. Et le collectif est plus fort que les individualités. Cela a toujours été la force de l'Espagne. Nous évoluons tous dans un certain style depuis les sélections de jeunes. Quand on arrive en sélection, Luis Enrique applique sa vision du jeu mais à l'intérieur d'un contexte où on baigne depuis des années. Donc c'est presque inné, et cela nous vient naturellement » a dévoilé Rodri, assumant totalement le rôle de favori pour cette Coupe du monde alors même que les médias ainsi que les bookmakers n’ont pas placé la Roja parmi les cinq favoris au titre Mondial au contraire de la France, de l’Angleterre ou encore de l’Argentine et du Brésil.