TV : Stéphane Guy balance sur les « planqués » de la télé

TV : Stéphane Guy balance sur  les « planqués » de la télé

Photo Icon Sport

Commentateur vedette du football sur Canal+, Stéphane Guy ne laisse pas indifférent. Même s'il pense s'être calmé, le journaliste ne veut surtout pas changer de style.

Depuis qu’il commente les plus grands matchs de la Ligue 1, du moins avant la venue de Mediapro, Stéphane Guy se retrouve régulièrement dans les tendances Twitter en France lors des rencontres du PSG, de l’OM ou bien encore de l’OL. Son ton caustique et ses remarques acides ne sont pas du goût des supporters concernés, lesquels l’accusent d’être à la solde d’un club concurrent. Le journaliste de Canal+ sait qu’il génère du buzz et que cela est finalement bon pour la chaîne qui l’emploie. Expliquant son style dans L'Equipe, Stéphane Guy estime que même s’il a baissé d’un ton ces dernières années, il ne se laissera jamais dicter par les réseaux sociaux ce qu’il peut ou ne pas dire. Et il en profite pour lancer une pierre dans le jardin de certains de ses confrères dont il estime qu’ils sont toujours dans le politiquement correct. 

Stéphane Guy a bien l’intention de rester le poil à gratter du football à la télévision. « Tout le monde n’accède pas au second degré. Et comme, parfois, j’essaie d’être au troisième ou au quatrième... Je dois me tempérer (...) Je pense avoir évolué ces trois dernières années. Je ne dois pas être le sujet du match... La musique du direct, c’est d’être avant tout dans la bonne description! À un moment donné, je l’avais peut-être mise au second plan (...) Mais je ne serai jamais un planqué, un tout mou, un mièvre. Le politiquement correct, je n’y arriverais pas. Il y a des commentateurs planqués, ça c’est clair! Tu dors beaucoup mieux, tu subis beaucoup moins de critiques quand tu n’entres pas sur certains terrains... Mais je ne fais pas cela pour provoquer les gens, je considère simplement que c’est ma mission de donner certains éléments de compréhension », explique le journaliste de Canal+. Certains supporters de Paris, Lyon, Marseille et les autres peuvent continuer à rager.