L1 : Un nouveau diffuseur après Mediapro, des clubs n'y survivront pas

L1 : Un nouveau diffuseur après Mediapro, des clubs n'y survivront pas

Photo Icon Sport

Principal diffuseur de la Ligue 1, Mediapro refuse de payer le deuxième versement et souhaite renégocier le montant des droits télé. En cas de désaccord, un nouvel appel d’offres pourrait intervenir avec des prix revus à la baisse. Un réel danger pour les clubs les moins solides.

Les présidents de Ligue 1 ont de quoi s’inquiéter à cause de Mediapro. En prétextant les effets de la crise sanitaire, la société espagnole a d’abord réclamé un délai supplémentaire pour payer son deuxième versement. Une demande refusée, d’où sa volonté de renégocier le montant des droits TV. De quoi exposer l’élite du foot français à un nouvel appel d’offres si le principal diffuseur ne trouve pas d’accord avec la Ligue de Football Professionnel. Et dans ce cas, nul doute qu’un éventuel successeur de la chaîne Téléfoot négocierait à la baisse. Sur le long terme, certains clubs devraient être en mesure de limiter la casse.

Mais selon Pierre Maes, consultant international en droits TV, d’autres formations pourraient ne pas résister à la période de transition. « Le fait que les droits TV descendent à 500 millions ou même 300, ce n’est pas tellement un problème. Il suffit de payer moins les joueurs et de donner moins d’argent dans les transferts, a expliqué le spécialiste à RMC. Le problème, c’est la transition, entre le moment A et le moment B. Là, t’es bloqué par les contrats des joueurs que t’es obligé de payer. C’est dans cette période de transition que les clubs qui ont pris le plus de risques, qui ont le moins de trésorerie, peuvent crasher. » Comme ces derniers mois, la solution pourrait venir de nouveaux gestes de solidarité de la part des joueurs.