L1 : Aulas retourne sa veste, Rivère applaudit !

L1 : Aulas retourne sa veste, Rivère applaudit !

Photo Icon Sport

Le président de l'OGC Nice avoue avoir été surpris par Jean-Michel Aulas qui désormais soutient son idée de décaler la fin de saison de septembre à décembre.

Ce lundi, le président de l’Olympique Lyonnais a frappé fort en affirmant qu’il était prêt à ce que la fin de saison se déroule de septembre à décembre, et que le prochain championnat débute en janvier 2021. Une idée qui avait été lancée il y a quelques semaines par Jean-Pierre Rivère, le président de l’OGC Nice, revenu aux affaires après le rachat du Gym par Ineos. Invité de RMC, le dirigeant niçois explique que Jean-Michel Aulas lui avait confié que cette idée n’était pas crédible, mais il se réjouit que ce dernier soit finalement convaincu que ce report de quelques mois est une proposition à même de permettre la fin de saison. Pour Jean-Pierre Rivère, les problèmes sanitaires ne permettent pas de continuer rapidement le championnat de Ligue 1, et qu’il est plus utile de préparer sereinement la reprise après l’été.

Le président de Nice estime qu’agir dans l’urgence n’est pas du tout un bon choix, mais que les clubs français doivent se faire entendre en Europe. « Il y a encore quarante-huit heures, avec huit autres présidents, dont Jean-Michel Aulas, je disais qu'on devrait porter mon idée parce qu'elle apporte du temps et du recul pour mettre en place les choses. Jean-Michel m'a dit: 'Jean-Pierre, il y a entre 0 et 5% de chances que ton idée voit le jour, elle n'est pas cohérente. Enfin, ce n'est pas qu'elle n'est pas cohérente, mais elle n'est pas crédible. Je vois qu'aujourd'hui, il partage cette idée et j'en suis ravi (...) Je me plierai à l'avis collectif, bien sûr, mais aucun président ne souhaite prendre des risques sanitaires. J'ai du mal avec l'idée de cette reprise précipitée. On a un vrai problème sanitaire, on ne sait pas le résoudre. J'ai proposé de décaler tout le calendrier pour jouer sur un rythme normal. Je ne sais pas si fin août-début de septembre on pourra jouer au football, mais on pourra prendre le temps de se préparer. C'est un projet qui doit être porté par toute l'Europe, pas que par la France. Mais avec une telle crise sanitaire, il faut se donner le temps et peut-être modifier les règles pour améliorer notre football. Dans ce que je propose, il y a un surcoût pour les clubs, oui, mais c'est secondaire », explique Jean-Pierre Rivère. Reste que croire en une union européenne des clubs de football semble peu crédible, chacun voulant en finir au plus vite pour rafler les droits TV. Pour l'instant, l'UEFA est également dans cette optique, même si la FIFA est nettement moins claire sur ce thème.