Neymar « esclave » du PSG, le Barça en larmes

Neymar « esclave » du PSG, le Barça en larmes

Icon Sport

Le PSG a récemment obtenu la prolongation de contrat de Kylian Mbappé jusqu'en 2025. Une prolongation qui ne passe pas du tout en Liga. 

Les relations entre le PSG et la Liga n'ont sans doute jamais été aussi mauvaises. Depuis la prolongation de contrat de Kylian Mbappé jusqu'en 2025, le football espagnol l'a mauvaise, très mauvaise. Les joueurs et certains fans du Real Madrid n'hésitent pas à envoyer des piques au champion du monde pendant que Javier Tebas, président de la Ligue espagnole de football, crie à la triche financière. Et visiblement, les Madrilènes ne sont pas les seuls dans ce combat puisque du côté du Barça, on pense de même. Joan Laporta en tête, lui qui martèle aussi que le PSG est une menace pour les intérêts du football. Et le patron du FC Barcelone de se servir de l'exemple de Neymar pour mettre en avant ses arguments contre le Paris Saint-Germain.

Le Barça va trop loin contre le PSG ? 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par NJ 🇧🇷 (@neymarjr)

Alors qu'il était dans un premier temps interrogé par l’Esportiu sur la prolongation de contrat de Kylian Mbappé au PSG, l'homme fort du Barça a indiqué : « Ce sont les effets d’un club ayant un état derrière lui. Cela va à l’encontre de tous les principes de l’Union européenne. C’est une réflexion sur la pérennité du football en Europe. (...) Pour qu’il n’y ait pas de délais de grâce avec certains pays alors qu’ici nous ne pouvons pas avoir assez de fair-play pour faire des transactions même si nous générons des revenus, la solution est que la ligue soit beaucoup plus flexible en termes de fair-play et que ces clubs n’aient pas les privilèges qu’ils ont de l’UEFA. Ils leur permettent de faire des choses qui ne sont pas acceptables et que les autres ne font pas ». Mais ce n'est pas tout, car Joan Laporta va terminer en parlant du cas Neymar, annoncé sur le départ et comme possible renfort du Barça cet été : « C’est un joueur exceptionnel. Mais tous ces joueurs qui reviennent un jour au Barça devraient venir gratuitement. Les joueurs qui vont dans des clubs comme le PSG ont presque accepté leur esclavage contre de l’argent ». Des propos qui font logiquement polémique, alors que le Barça avait une dette de 1,3 milliard d'euros au début de l'année selon un audit sur les finances du club. La faute à une gestion au-dessus de ses moyens pendant des années, notamment sous la présidence de Josep Maria Bartomeu.