Daniel Riolo et Arsène Wenger, le football en danger !

Daniel Riolo et Arsène Wenger, le football en danger !

Arsène Wenger a annoncé que lors du prochain Mondial au Qatar, il pourrait y avoir un système automatique pour signaler les hors-jeu. Trop c'est trop pour Daniel Riolo.

Désormais directeur du Développement du football mondial au sein de la FIFA, Arsène Wenger n’est pas à ce poste pour passer une retraite tranquille. Et ces derniers temps, l’ancien manager d’Arsenal a fait feu de tout bois, défendant notamment la tenue tous les deux ans d’un Mondial. Une idée qui est très loin de faire l’unanimité et qui a valu à Arsène Wenger de sérieuses critiques. Cette fois, c’est une modification à venir dans l’usage de la technologie pour les arbitres qui provoque des remous. L’Alsacien a en effet annoncé que lors du Mondial 2022 au Qatar un système totalement automatique pourrait permettre aux juges de touche de savoir qu’un joueur était hors-jeu. La VAR n’aurait donc plus vraiment d’intérêt dans ce cas, puisque ce hors-jeu serait détecté en temps réel. Pour Daniel Riolo, tout cela commence à faire beaucoup, et le journaliste estime qu’Arsène Wenger représente tout ce qu’il ne faut pas dans le football.

Wenger le plus grand danger du football ?

Sur RMC, Daniel Riolo a stigmatisé les positions prises par l’ancien patron des Gunners. « L’arbitre de touche, ce n’est pas un chef de gare. Il n’est pas là simplement pour lever le drapeau. C’est un arbitre. Il est là pour signaler des choses qui peuvent se passer à droite à gauche. Il est là pour participer au jeu. Ce n’est pas juste un mec qui lève le drapeau pour dire s’il y a hors-jeu ou pas. De toute façon, aujourd’hui, ils ne les signalent même plus parce qu’ils savent qu’ils vont être sauvés par le VAR. Il est totalement déresponsabilisé. L’étape supplémentaire, c’est de l’effacer, de l’éliminer pour une machine, dont on ne mesure la fiabilité à 100%. Bon voilà, c’est Arsène Wenger. Wenger a toujours été pro-machine, pro-élite, en faveur de tout ce que je déteste dans le football. Aujourd’hui, c’est pour moi le personnage le plus dangereux pour l’avenir du football », a lancé le journaliste. Pas de quoi choquer Arsène Wenger, qui n'est pas du genre à se laisser perturber.