Abramovitch empoisonné, c'était une menace ciblée !

Abramovitch empoisonné, c'était une menace ciblée !

Icon Sport

Lundi soir, la presse américaine lâchait une petite bombe en dévoilant que Roman Abramovitch, le propriétaire de Chelsea, avait été empoisonné.

Au début du conflit entre l’Ukraine et la Russie, le propriétaire de Chelsea s’est rendu en personne à Kiev afin de négocier la paix entre les deux pays. A l’occasion de ce déplacement, Roman Abramovitch a eu une grosse mésaventure puisque le Wall Street Journal a dévoilé lundi soir que le propriétaire russe de Chelsea avait ressenti des soucis physiques. Des problèmes de peau au visage et sur les mains ainsi que des douleurs aux yeux ont été ressentis par Roman Abramovitch et les négociateurs qui accompagnaient l’oligarque russe. Selon le média américain, celui qui est contraint de vendre Chelsea après les sanctions du gouvernement britannique a tout simplement été victime d’un empoisonnement. Au lendemain de cette annonce pour le moins inattendue, Sky Sports a fait un point sur l’état de santé de Roman Abramovitch et les nouvelles sont plutôt rassurantes.

La vie de Roman Abramovitch n'est pas menacée 

A en croire le média britannique, la vie de Roman Abramovitch n’est pas menacée après cet incident, même s’il est désormais avéré que l’oligarque russe a fait l’objet d’un empoisonnement volontaire. A ce jour, Chelsea n’a pas souhaité faire de commentaire à ce sujet. Mais à en croire le site d’investigation Bellingat, dont les informations sont relayées par Sky Sports, Roman Abramovitch a été victime de douleurs atroces et persistantes au niveau de ses deux yeux, lesquels sont devenus rouges après l’empoisonnement et extrêmement douloureux. Le média d’investigation dévoile en revanche que l’intention des malfaiteurs n’était pas de tuer Roman Abramovitch car le dosage de son empoisonnement était volontairement trop faible pour que cela menace la vie du propriétaire de Chelsea. Le but de la manœuvre était simplement d’effrayer le patron des Blues, afin de s’assurer que celui-ci ne s’immisce plus dans les négociations pour la paix entre l’Ukraine et la Russie dans les semaines à venir…