Vente ASSE : Caïazzo a volontairement tout cassé

Vente ASSE : Caïazzo a volontairement tout cassé

Icon Sport

L'ASSE joue un match important et probablement décisif ce mercredi dans la course au maintien en Ligue 1 contre Bordeaux. Mais dans les coulisses, la bataille fait rage concernant l'avenir de Sainté.

Dans quelle division évoluera l’AS Saint-Étienne la saison prochaine ? Du côté du Peuple Vert, on croise les doigts, et même tout ce que l’on peut croiser, en espérant que ce sera bien en Ligue 1. Depuis ce week-end, l’équipe de Pascal Dupraz a quitté la zone de relégation au profit de sa victoire contre Brest. Mais le calendrier qui se présente aux Verts, à commencer par le déplacement à Bordeaux, n’offre aucune garantie. Pendant ce temps, à la direction du club stéphanois, on ne semble plus réellement penser à la vente pourtant officiellement envisagée depuis l’an dernier.

Il est vrai que céder un club assuré de jouer en L1 est plus aisé que le faire s’il est relégué en Ligue 2. Mais il semble surtout qu’entre les deux présidents de l’ASSE la rupture soit totale sur ce sujet. Entre un Roland Romeyer qui suit au quotidien l’activité de Sainté, et un Bernard Caïazzo qui est lui à Dubaï, cela coince. Interrogé sur ce sujet, Hervé Revelli, meilleur buteur de l’histoire de l’AS Saint-Étienne et proche du maire de la ville, a choisi son camp.

Caïazzo met des bâtons dans les roues de l'ASSE

Toujours attentif à la vie des Verts, sous le maillot desquels il a marqué 175 buts en championnat, Hervé Revelli pointe l’attitude de Bernard Caïazzo et craint un désastre. « La situation de l'ASSE est brûlante, comme pour Bordeaux et tous les clubs qui bataillent pour ne pas descendre. Ce serait catastrophique de descendre en L2. L’épopée des Verts, ça pèse. Quand les gens me voient, ils me parlent toujours de cette époque. Mais l'équipe d'avant, ce n'est pas celle d'aujourd'hui. Il faut faire avec ce que l'on a, expliqué à l'Agence France Presse l’ancien joueur des grandes années de l’AS Saint-Étienne, qui se montre toujours aussi efficace lorsqu’il s’agit de tacler Bernard Caïazzo. Ils n'ont pas trouvé la bonne personne pour investir. Roland (Romeyer) assume, il est là mais (Bernard) Caïazzo n'est pas là et met des bâtons dans les roues pour la vente. Le club a raté tous les virages sur cette situation. »