ASSE : Tout le monde aime les Verts... sauf les investisseurs ?

ASSE : Tout le monde aime les Verts... sauf les investisseurs ?

Lassé de voir que Bernard Caïazzo et Roland Romeyer ne répondent pas aux supporters sur la possible vente, le maire de Saint-Etienne tape du poing sur la table. Mais la vente n'est pas facile.

Mis sous pression depuis plusieurs mois par les supporters de l’ASSE, lesquels exigent qu’ils trouvent un investisseur pour relancer le club du Forez, les deux présidents des Verts ont disparu de la circulation. Si on sait que Bernard Caïazzo vit désormais du côté de Dubaï, Roland Romeyer est lui bien installé dans La Loire, mais les deux hommes ont la même ligne de conduite, le silence total. Alors, trop c’est trop pour Gaël Perdriau, maire Les Républicains de Saint-Etienne, lequel explique dans L’Equipe qu’il veut désormais que les deux dirigeants de l’AS Saint-Etienne viennent s’expliquer avec lui afin de faire le point sur l’avenir des Verts. A l’heure où l’ASSE a besoin d’un second souffle financier, l’élu stéphanois estime lui que le duo Caïazzo-Romeyer doit désormais passer la main et permettre ainsi au club d’entrer dans une nouvelle ère. Mais le problème est que si les Verts sont aimés dans toute la France, les éventuels acheteurs ne s’intéressent pas qu’à cela.

Même s’il soutient une solution franco-française, Gaël Perdriau veut que l’AS Saint-Etienne change de modèle, tout en reconnaissant que Bernard Caïazzo et Roland Romeyer vont devoir revoir leurs exigences financières à la baisse. « Je constate que l’ASSE est un des derniers grands clubs français à avoir un actionnariat français et familial. On ne peut que s’en féliciter. Mais on peut aussi se demander si ce dernier village gaulois est sur un modèle économique viable (…) L’ASSE n’aurait pas été l’ASSE si elle n’avait pas été créée à Saint-Étienne. On ne retrouve pas ces valeurs d’efforts, de travail et d’humilité ailleurs. Sa cote d’amour lui vaut de rester dans le cœur des Français. Cette valeur immatérielle dépasse celle de ses actions. Ce qui explique le problème de son réel prix. Mais mon rôle n’est pas d’aller chercher des investisseurs », prévient, dans le quotidien sportif, le maire de Saint-Etienne. Déterminés à ne pas lâcher le club pour une somme loin de leurs ambitions, Roland Romeyer et Bernard Caïazzo risquent d'attendre longtemps l'offre qui leur convient.