PSG : Sa boulette contre Man United, Buffon accuse le Paris SG

PSG : Sa boulette contre Man United, Buffon accuse le Paris SG

Photo Icon Sport

Marqué par l’élimination en huitièmes de finale de la Ligue des Champions face à Manchester United en 2019, l’ancien gardien du Paris Saint-Germain Gianluigi Buffon affirme que l’état d’esprit parisien a affecté sa concentration.

Finaliste à trois reprises, Gianluigi Buffon pensait pouvoir remporter sa première Ligue des Champions avec le Paris Saint-Germain. C’était plutôt bien engagé lorsque les Parisiens avaient dominé Manchester United en huitièmes de finale aller (0-2) à Old Trafford. Mais au retour, les hommes de Thomas Tuchel s’étaient écroulés (1-3), à commencer par le gardien qui avait offert un but à Romelu Lukaku. Dans un entretien accordé à L’Equipe, l’actuel portier de la Juventus Turin a fait son mea culpa, tout en accusant l’état d’esprit général du club francilien.

« A Manchester, on gagne un match énorme, avec une démonstration de force énorme, s’est souvenu l’Italien. Et malheureusement, je m'impute une erreur incroyable, une erreur que, avec l'expérience que j'avais, je n'aurais pas dû faire : la sérénité, la superficialité presque, d'affronter le match retour comme si c'était une formalité, comme si ce match avait peu de valeur parce que de toute façon nous avions gagné 2-0 à l'aller et eux, les pauvres, ils avaient deux joueurs disponibles et neuf petits jeunes. Le sport, comme la vie, te fait comprendre que si tu veux y arriver, tu ne peux pas lâcher, même pas une seconde. » Buffon le savait pertinemment mais…

Buffon n’a pas osé les recadrer

« Mentalement, ce soir-là, dans l'approche du match, dans la concentration, je n'ai pas été le "Gigi" habituel, a-t-il raconté. Je n'ai pas eu la force ou l'énergie de percevoir qu'on préparait ce match de manière trop légère. Et peut-être pour ne pas faire le vieux lourd qui saoule tout le monde, je n'ai pas dit : "Oh les gars on n'y est pas, on n'a pas la bonne mentalité." Moi aussi, je me suis laissé prendre. "Allez, on a gagné 2-0 là-bas, ne casse pas les pieds des autres." Chaque jour, je repense à cette intervention que je n'ai pas faite. À la Juventus, cela ne serait pas arrivé, c'est vrai. Mais cette approche différente des événements a des avantages et des inconvénients. »

« A la Juve, de ce point de vue, tu ne rates pas une seule virgule et le match, tu ne le perds pas par superficialité. Tu le perds parce que l'autre a été meilleur, a comparé le gardien de 42 ans. Mais le fait de devoir toujours être concentré à bloc te conduit à une énorme dépense d'énergie. A Paris, tu as une autre approche qui peut être négative sur certains aspects, mais qui à mon avis est positive pour d'autres. Parce que cette légèreté avec laquelle tu abordes les matchs te donne beaucoup plus d'énergie pendant 90 minutes, moins de stress. » Une recette qui, selon lui, finira par mener le PSG au sommet européen.