L'UEFA et son fair-play financier, le PSG riposte !

L'UEFA et son fair-play financier, le PSG riposte !

Icon Sport

Malgré l'assouplissement du fair-play financier depuis quelques mois, le PSG est de nouveau épinglé par l'UEFA. Cependant, les Franciliens ont un plan pour se sortir d'affaire. 

Depuis quelques années maintenant, le PSG a habitué le monde du football à quelques folies sur le marché des transferts. Un comportement qui alerte forcément les instances du football et de son fair-play financier. Il y a quelques jours, le PSG a d'ailleurs été rappelé à l'ordre par l'UEFA sur le sujet. Le club de la capitale est donc invité à se mettre de nouveau dans les clous du fair-play financier, sous peine de sanctions et d'une amende salée. Ce qui est reproché à Paris : avoir un déficit supérieur à 30 millions d'euros sur les trois dernières saisons. L'UEFA veut que le PSG réagisse et mette un terme à cette situation. Mais les Franciliens n'ont pas prévu de se laisser faire et ont déjà préparé leur défense. 

Le PSG pas encore tiré d'affaire 

Comme l'indique L'Equipe, le Paris Saint-Germain s'est rapproché de l'UEFA pour s'expliquer au sujet de son déficit. Le fiasco Mediapro, l'arrêt de la Ligue 1 pendant l'exercice 2019/20 à cause du Covid-19 ou encore des charges sociales élevées en France ont été avancés. Des arguments qui ont visiblement fait mouche puisque selon le Times, un accord à l'amiable a été trouvé entre le PSG et l'UEFA. Mais ce dernier ne tient qu'à un fil et les champions de France souhaitent rentrer dans les clous du fair-play financier. Ses nouvelles règles seront avantageuses pour Paris car elles permettront un déficit de 60 millions d'euros sur trois saisons. Cependant, le PSG va devoir absolument dégraisser son effectif, ce qui est en train d'être le cas. En effet, le fair-play financier exige que la masse salariale ne soit pas supérieure à 70% des recettes. Actuellement, celle du PSG est à 85%... Enfin, il est à noter que Paris avait récemment présenté un budget transfert d'environ 80 millions d'euros à la DNCG. Mais la balance est pour le moment négative (62 millions). La fin du mercato sera donc déterminante pour la direction francilienne.