Le patron au PSG, c'est Sergio Ramos !

Le patron au PSG, c'est Sergio Ramos !

Icon Sport

Sur la lancée de sa prolongation au PSG et au vu des derniers mois, Kylian Mbappé s'est affirmé comme un leader dans le vestiaire. Suffisant pour être le patron de l'équipe ? Yoann Riou n'est pas d'accord, Sergio Ramos ferait un bien meilleur guide.

Dans un effectif où les stars ne manquent pas, pas facile de faire entendre sa voix au PSG. Lionel Messi, Kylian Mbappé, Neymar, Marco Verratti, Sergio Ramos entre autres. Les grosses personnalités côtoient les gros palmarès et les salaires tout aussi importants. Mais, comme dans tous les vestiaires, des joueurs prennent le dessus et passent avant les autres. Ces dernières semaines, tout a tourné autour de Kylian Mbappé. Devenu le joueur le mieux payé de l'effectif en plus d'être le plus performant, le prodige français a presque pris les commandes de l'équipe.

Yoann Riou choisit Ramos pour mener les troupes parisiennes

Mbappé n'est pas encore capitaine du PSG mais doit-il devenir le leader du vestiaire parisien ? Si son charisme et ses performances sur le terrain plaident pour lui, Mbappé ne possède pas le CV de Sergio Ramos. Multiple champion d'Europe et vainqueur de la Coupe du monde, l'Espagnol a tout gagné et n'a plus rien à prouver. Pour le journaliste de l'Equipe Yoann Riou, cela fait de lui le leader tout désigné au PSG et, ce, bien plus que Kylian Mbappé.

« Si Ramos n’est pas blessé, évidemment que ça doit être le chef de meute, le chef d’équipe et le patron du vestiaire. Il a quatre C1, une Coupe du monde et deux Euros, et surtout mille autres choses. Il sait absolument tout de ce sport, de ce jeu, de ce milieu. [...] En plus, il est un peu éloigné des Mbappé, Messi, Neymar. Donc, je pense qu’il est au-dessus de la mêlée. Ramos, tu l’écoutes, tu suis ses traces et son parcours […] Prenons la comparaison avec Mbappé. C’est un joueur qui est dans une quête individualiste. Il veut marquer l’histoire de son sport et du foot. C’est évidemment respectable et il joue aussi pour l’équipe. Mais d’abord, c’est son histoire à lui qu’il veut écrire. Alors que Ramos, il a déjà tout gagné et tout fait. Il n’y a même plus d’égo, c’est-à-dire qu’il peut partir en retraite demain. Lui, il va être important dans le côté rassembleur », a t-il développé dans l'Equipe du soir. Comme l'a dit Riou, reste à enchaîner les matches car l'influence de Ramos sera trop limitée s'il monopolise l'infirmerie au lieu d'être sur les terrains.