OL : Vincent Duluc accuse, Aulas veut des noms !

OL : Vincent Duluc accuse, Aulas veut des noms !

Photo Icon Sport

Le feuilleton de l'arrêt de la saison connait un nouveau tournant, avec des révélations sur des coups de pression au gouvernement pour arrêter la saison, et Jean-Michel Aulas a bien évidemment saisi la balle au bond.

Dans le grand règlement de comptes du football français, Jean-Michel Aulas aimerait bien voir des têtes tomber. En effet, il apparait au gré des révélations que la décision du gouvernement d’arrêter la saison de football malgré le déconfinement relève plus d’une lutte d’influences et d’intérêts, que de raisons sanitaires. Les présidents de clubs, qui se sont tirés dans les pattes depuis des semaines sur la décision à prendre pour la reprise de la saison, étaient pourtant officiellement persuadés de finir l’exercice coûte que coûte. Du moins avant l’annonce du Premier Ministre. Mais en coulisses, la réalité était bien différente, comme l’a raconté Vincent Duluc à La Chaine L’Equipe.

« Parmi les présidents qui m’ont appelé pour me souhaiter un prompt rétablissement, il y en a quand même un qui m’a dit qu’il avait passé tout un samedi avec ses amis présidents à appeler les cabinets d’Emmanuel Macron et d’Edouard Philippe pour obtenir l’arrêt du championnat. Ce qui fait que de dire : ‘c’est la mission du gouvernement, ce n’est pas notre décision, on est obligé de s’y plier’, ça ne tient pas. Dans cette affaire, il n’y a pas beaucoup de chevaliers blancs, il y a juste certains qui ont réussi à avoir des intérêts convergents et à s’unir contre un président qui avait lui un intérêt unique », a balancé Vincent Duluc, qui confirme ainsi la théorie de Jean-Michel Aulas, selon laquelle les clubs de Ligue 1 ont non seulement voté en faveur d’une proposition qui n’arrangeait pas l’OL, mais ont en plus tout fait pour influencer le gouvernement et faire stopper la saison de football.

C’en est donc trop pour Jean-Michel Aulas, qui crie au complot depuis des semaines, et demande désormais des noms. « Ce serait bien pour boucler l’information de Dominique Séverac du Parisien que l’on sache parmi les présidents concernés qui appelait régulièrement les conseillers à l’Elysée, à Matignon et au Ministère des Sports pour arrêter le championnat », a demandé le président de l’OL, qui a très certainement déjà une bonne idée du nom des « coupables ».