OL : Tagliafico veut se faire le PSG

OL : Tagliafico veut se faire le PSG

Icon Sport

Malgré le début de saison impressionnant du Paris Saint-Germain, l’Olympique Lyonnais reste très ambitieux. Son latéral gauche Nicolas Tagliafico croit toujours au titre en Ligue 1 et pense connaître la clé pour atteindre cet objectif.

Quatre matchs officiels pour autant de victoires, 21 buts inscrits et seulement trois encaissés… Ce Paris Saint-Germain semble déjà inarrêtable. Au-delà des statistiques, l’équipe entraînée par Christophe Galtier impressionne dans le contenu de ses rencontres, à l’image de ses attaquants Neymar, Kylian Mbappé et Lionel Messi, désormais impliqués sur toutes les phases de jeu. De quoi anéantir le mince espoir de la concurrence ? Pas totalement si l’on en croit Nicolas Tagliafico, persuadé que son Olympique Lyonnais a aussi des atouts dans la course au titre en Ligue 1.

« On m’a parlé d’un championnat physique, compétitif. Il y a des équipes plus fortes économiquement, mais sur ce que j’ai pu voir, il n’y a pas de vainqueur d’avance, a confié le latéral gauche des Gones au Progrès. On voit beaucoup de joueurs de talent, et c’est pour cela qu’il faut toujours rester en alerte, concentré. Dans notre équipe aussi, il y a des jeunes qui auront un bel avenir et des joueurs d’expérience, c’est un bon mix. Ça me rappelle un peu quand je suis arrivé à l’Ajax, on avait réussi à former une belle équipe. »

Faux pas interdit pour l'OL

« Le Paris Saint-Germain inaccessible ? Non, a répondu l’Argentin sans hésiter. Bien sûr, on voit tous leur grande qualité, mais il y a deux ans, ils n’ont pas été champions. Je sais que contre Paris, on sera tous à 120 %, on va tout donner, mais les parties-clés sont celles que l’on joue contre d’autres équipes. Si on est fort sur les matchs comme ceux qu’on vient de gagner, on prendra des points. On va avancer pas à pas. » Il est vrai que l’Olympique Lyonnais a eu tendance à perdre du terrain face à des adversaires a priori inférieurs ces dernières saisons. Si le club rhodanien corrige le tir, le choc face aux Parisiens prévu le 18 septembre deviendra capital.