OL : Aulas scandalisé après l'expulsion de Thiago Mendes

OL : Aulas scandalisé après l'expulsion de Thiago Mendes

Photo Icon Sport

Même si Jean-Michel Aulas était heureux de la victoire de son équipe au Parc des Princes face au PSG, il était mécontent du rouge pris par Thiago Mendes après son tacle sur Neymar.

Bête noire du Paris Saint-Germain au Groupama Stadium, l’Olympique Lyonnais a confirmé son statut, mais cette fois au Parc des Princes. Et dans une saison de Ligue 1 totalement folle, cette victoire de l’équipe de Rudi Garcia dans la capitale a une vraie importance sur le plan sportif. Mais de cette rencontre, on risque surtout de retenir la sortie sur civière de Neymar et l’expulsion de Thiago Mendes, lequel risque gros devant la commission de discipline si la blessure de son compatriote s’avère sérieuse. En attendant, Jean-Michel Aulas était évidemment un président heureux, même si le patron de l’OL a quand même fait part de son mécontentement suite à la décision de Benoît Bastien de coller un carton rouge au milieu de terrain brésilien de Lyon.

S’exprimant sur la chaîne télé de son club, Jean-Michel Aulas a confié son bonheur, juste gâché par cette expulsion, injuste selon lui, de Thiago Mendes. « C’est une victoire qui nous permet de revenir tout en haut. On a fait un match sérieux, qui montre toute la qualité de l’OL. Le groupe a été très solidaire pour préserver le résultat. L’expulsion de Mendes gâche la fête car il ne le méritait pas, explique le président de l’Olympique Lyonnais, qui veut cependant retenir le positif pour son club. Cela montre que les ambitions sont au rendez-vous cette saison. On savait qu’on avait une très bonne équipe. Il fallait que le ciment prenne complètement. Il ne faut pas s’emballer. On y verra plus clair après le match de Brest qui joue très bien. Il y a encore beaucoup d’efforts pour retrouver le haut du tableau qui est notre objectif aujourd’hui. » De son côté, Rudi Garcia était plus prudent concernant son analyse de la faute de Thiago Mendes, l'entraîneur de Lyon reconnaissant qu'avec la VAR la faute était plus évidente qu'en temps réel.