France : Benzema et Aulas, c'est silence radio

France : Benzema et Aulas, c'est silence radio

Mis à l'écart de l'équipe de France depuis 2015, Karim Benzema est un vrai cas de conscience pour Jean-Michel Aulas. Le patron de Lyon ne veut pas se mêler des choix de Deschamps, même s'il est fan de KB9.

Le président de l’Olympique Lyonnais n’a jamais masqué toute l’admiration qu’il avait pour Karim Benzema. Parti de l’OL en 2009 pour 35ME, un prix élevé à l’époque mais qui fait évidemment sourire 12 ans plus tard alors que l’attaquant tricolore est considéré comme l’un des meilleurs du monde, Benzema est devenu le maillon fort de l’équipe de Zinedine Zidane. Une formation madrilène qu’il tient à bout de bras depuis le départ de Cristiano Ronaldo pour la Juventus. Tout pourrait donc aller pour le mieux dans le meilleur des mondes pour le buteur madrilène, s’il n’y avait pas cette absence en équipe de France. Blacklisté par Didier Deschamps depuis l’affaire de la sextape de Valbuena, puis engagé dans une polémique sur le racisme, Karim Benzema a regardé devant sa télévision la victoire des Bleus lors du Mondial 2018 en Russie, et même s’il a empilé les buts et les succès en Ligue des champions, l’attaquant madrilène ne peut pas évacuer ce souci.

Aulas ne veut pas polémiquer avec Deschamps et la FFF

Dans Le Progrès, nombreux sont les habitants de Bron, d'où Karim Benzema est originaire, à regretter cette décision de Didier Deschamps de ne plus convoquer l’ancien attaquant de l’OL et de regretter de ne pas voir un trio Mbappé-Griezmann-Benzema à l’œuvre. Mais comme le fait remarquer Jean-François Gomez, si Jean-Michel Aulas s’est toujours réjoui des performances de KB9, jamais il n’a mis les pieds dans le plat au sujet de sa non-sélection en équipe de France depuis 6 ans. « Jean-Michel Aulas a toujours suivi l’affaire à distance. Et si sa sympathie est prononcée pour Karim, à qui il voue une grande admiration, il n’a jamais réellement pris position sur le retour de Karim Benzema en équipe de France. Sa proximité avec le milieu fédéral lui a imposé un devoir de réserve. Jean-Michel Aulas a un avis sur la question mais n’a jamais cherché à influer sur les choix de Didier Deschamps (…) Jean-Michel Aulas observe, sera-t-il conciliateur un jour ? Ce n’est pas certain », explique le journaliste lyonnais.