Nice : Delort part au clash, Favre accepte le défi

Nice : Delort part au clash, Favre accepte le défi

Icon Sport

Agacé par une promesse salariale non tenue, et peu adepte des méthodes de Lucien Favre, Andy Delort souhaite quitter l’OGC Nice cet hiver. L’attaquant niçois semble prêt à mettre la pression pour partir. Un comportement agaçant pour l’entraîneur suisse qui l’a mis à l’écart.

En déplacement au Puy-en-Velay ce samedi, l’OGC Nice a dû composer sans Andy Delort. L’attaquant de 31 ans était malade pendant la trêve internationale, ce qui explique son entrée tardive contre le Racing Club de Lens (0-0), puis son forfait lors de la défaite à Rennes (2-1) lundi. Mais cette fois, sa santé n’a rien à voir avec son absence pour les 32es de finale de la Coupe de France. L’ancien joueur des Tigres a tout simplement été écarté par Lucien Favre. Et pour cause, Andy Delort a communiqué à ses dirigeants sa volonté de partir cet hiver.

Deux raisons sont évoquées dans les explications de RMC. Tout d’abord, l’avant-centre ne digère pas la promesse non tenue par Jean-Pierre Rivère en fin de saison dernière. Le président du Gym lui avait accordé une revalorisation salariale qui n’est finalement jamais venue. De quoi provoquer la colère du joueur qui ne cache pas son mécontentement depuis plusieurs mois. D’autant qu’Andy Delort, qui était ravi de travailler avec son ancien entraîneur Christophe Galtier, apprécie beaucoup moins les méthodes de Lucien Favre.

Pour Delort, la méthode Favre ne passe pas

Par exemple, le coach suisse se montre plus distant avec ses joueurs. Les habitudes du technicien ne correspondent pas à Andy Delort, y compris sur le terrain puisque le buteur, souvent privé de son association avec Gaëtan Laborde, a moins d’occasions dans la surface adverse. Pour le club azuréen, ce n’est donc pas un hasard si ses envies d’ailleurs ont fuité dans la presse juste avant le mercato hivernal. Après son départ de Caen pour le Mexique en 2016, Andy Delort semble parti pour un nouveau bras de fer contre ses dirigeants. D’où la réponse de Lucien Favre en composant son groupe.