OM : Vidal gratuit, Sampaoli aux anges, le comptable en enfer

OM : Vidal gratuit, Sampaoli aux anges, le comptable en enfer

International chilien qui a remporté la Copa America 2015 avec Jorge Sampaoli comme sélectionneur, Arturo Vidal est une recrue de rêve pour l’entraîneur de l’OM.

Jusqu’à présent, les retrouvailles étaient impossibles, le salaire et le montant du transfert du milieu de terrain étant bien au-dessus des moyens de la formation marseillaise. Mais une fenêtre s’est ouverte ces derniers jours, avec l’annonce par le propriétaire de l’Inter Milan des grosses difficultés financières de son club, en dépit du titre de champion d’Italie remportée haut la main. Résultat, il est l’heure de faire des économies et les gros salaires sont invités à aller voir ailleurs, surtout s’ils ne sont pas totalement indispensables. C’est le cas de l’ancien barcelonais, qui avec 23 matchs cette saison, n’est pas considéré à 33 ans comme un joueur dont Antonio Conte ne peut pas se passer.

En conséquence, l’Inter Milan songe sérieusement à le libérer de son contrat, afin d’économiser directement et rapidement sur son salaire de 6 ME, affirme Internews.it Surtout pour un joueur blessé au genou, et dont la valeur marchande s’est écroulée ces derniers mois. Une bonne affaire en vue pour l’OM, qui n’aurait donc rien à payer, si ce n’est le copieux salaire de Vidal et une prime à la signature. Le deal est tentant et comblerait Jorge Sampaoli, qui ferait de son milieu de terrain la pierre angulaire de son équipe. Même si la crainte est réelle. Faire signer un tel joueur, avec un palmarès long comme le bras fort de ses années au Bayern ou au Barça, a un coût réel avec probablement un contrat sur au moins de deux ans. Même si Vidal venait à faire des efforts sur son salaire, il serait immédiatement sur le podium des rémunérations, bien qu’il soit clairement sur la pente descendante en cette fin de saison. A l’heure où Kevin Strootman va revenir à l’OM cet été, le pari a de quoi faire lever les sourcils du comptable du club provençal, pour qui l’économie réalisée avec le départ de Florian Thauvin risque vite d’exploser en vol.